article/
3 décembre 2019

BALKANISATIONS PLANIFIÉES ET MODESTES MOYENS D’Y RÉSISTER

Le journalisme libre coûte cher.

Pour faire des articles, reportages, interviews, vidéos… Aidez-nous: abonnez-vous, abonnez la famille, les amis, parlez de nous, faites un don.

On parle toujours plus de prétendues menaces russes, de dangers considérables qui seraient liés aux musulmans, de soi-disant oppositions ancestrales chiites-sunnites, juifs-arabes, etc. Pour questionner tout ça, il est très intéressant de se pencher sur une région qui est devenue le symbole des difficultés entre communautés. Et sur un événement assez récent qui lui est lié : la clôture du tribunal international pour l’ex-Yougoslavie, fin 2017. Les derniers verdicts contiennent des données très interpellantes mais perdues dans les milliers de pages et, le plus souvent, ignorées par les médias dominants.

Ces données se trouvent surtout dans le jugement de Radovan Karadžic(1). Elles mettent considérablement en question les accusations occidentales contre une partie des ex-Yougoslaves et l’un de leurs représentants, Slobodan Miloševic, considéré comme l’un des principaux responsables des bains de sang dans cette région.

Miloševic désapprouvait et a critiqué de façon répétée l’objectif d’expulser Croates et musulmans

Les plus importantes des données en question : Miloševic désapprouvait et a critiqué de façon répétée l’objectif des dirigeants des Serbes bosniaques d’expulser Croates et musulmans de toute une partie de la Bosnie(2). Le but de Miloševic n’était manifestement pas la création d’une « Grande Serbie » mais le maintien de la fédération yougoslave(3). Lors d’une réunion avec Karadžic et Mladic, en 94, il a déclaré : « Il faut protéger tous les membres des autres nations et ethnies, et l’intérêt national des Serbes n’est pas la discrimination  »(4). Il a encouragé la recherche d’un accord politique et critiqué le fait que les Serbes de Bosnie, qui ne représentaient qu’un tiers de la population de cette république, revendiquaient la moitié de son territoire(5). Les représentants politiques de la Serbie ont également accusé les dirigeants des Serbes bosniaques de crimes(6) contre l’humanité et de « nettoyage ethnique » .

L’HISTOIRE OCCULTÉE

Tout cela aurait dû susciter enfin de vrais débats et de nouvelles recherches sur le sujet, et sur des faits en partie très graves dénoncés par une poignée de journalistes et autres acteurs reconnus :

– les communautaristes ne se trouvaient absolument pas que du côté des Serbes mais aussi, entre autres, de celui des dirigeants des Croates (ultrana-tionalistes)(7) et des Bosniaques musulmans (dès les années 80, Alija Izetbegovic voulait « réislamiser les musulmans  » et son parti a écarté les courants plus séculiers(8)).

– Comme tant d’États, la Yougoslavie avait d’importants problèmes économiques et bénéficiait en particulier de crédits états-uniens. Peu avant le conflit, ceux-ci ont été supprimés et, condition à leur rétablissement, des élections séparées, dans chaque république, ont été exigées, dont les résultats devaient être envoyés à Washington. Selon plusieurs analystes, ces manœuvres ont sciemment et très fortement favorisé les conflits entre républiques(9).

– Les USA ont collaboré avec des djihadistes, notamment saoudiens, en Bosnie(10).

Les occidentaux impliqués ont écarté ceux qui tentaient de dialoguer, en particulier le représentant des Kosovars albanophones, Ibrahim Rugova

– Les médias de l’ouest se sont acharnés sur les Serbes uniquement(11).

– Concernant le conflit au Kosovo, les choses sont encore plus claires. Les occidentaux impliqués ont écarté ceux qui tentaient de dialoguer, en particulier le représentant des Kosovars albanophones, Ibrahim Rugova, soutenu pourtant par la majorité de sa communauté, et luttant pacifiquement pour les droits de celle-ci. Des médias et « intellectuels » français l’ont même calomnié(12). Les USA ont aussi sabordé les négociations en imposant aux Serbes des conditions inacceptables(13). Les chiffres réels des morts albanophones ont été multipliés par plus de 100 dans les médias occidentaux (500.000 déclarés, 3.000 réels, dont les combattants)(14). L’UCK, soutenue par les occidentaux concernés, est une organisation communautariste, brutale et maffieuse(15). Le conflit a permis aux USA d’installer dans cette région une grande base militaire(16). Etc.

Les interventionnistes de l’Ouest ont donc des responsabilités extrêmement lourdes, dans ce conflit. Les motifs les plus vraisemblables, derrière ses manœuvres ? Le pays était hors de l’OTAN et du champ de contrôle des USA, ainsi que bien situé pour une base états-unienne.

UNE INTERVENTION SI HUMANITAIRE

Malgré tous ses défauts, le système yougoslave présentait des aspects vraiment intéressants : autonomie culturelle et en partie politique des régions et communautés, plusieurs langues officielles et co-officielles…(17) Toute une diversité de groupes culturels y a cohabité, pendant des décennies.

Comparons à la situation au lendemain de ces guerres : partout, ou presque, les communautaristes sont au pouvoir : droite ultra-conservatrice en Serbie (où Miloševic a été remplacé par Vojislav Koštunica, soutenu par l’église qui avait condamné le même Miloševic pour tous ses gestes conciliateurs, puis applaudi ce remplacement(18)) ; parti d’Izetbegovic en Bosnie ; ultra-nationalistes en Croatie (et aujourd’hui, même néo-oustachis(19)) ; gangsters ethnocrates dans une partie du gouvernement kosovar, etc. Sans oublier, bien sûr, les nombreux morts et blessés.

PETITS BALKANS DE L’OUEST, PETITES RÉSISTANCES

Tout ça devrait donc nous rendre plus critiques sur les discours qui alimentent la peur d’une série de nations et communautés. D’autant qu’ils sont tenus par les milieux qui ont attisé les conflits en ex-Yougoslavie (comme en Syrie, Lybie, Iran et Irak, etc.(20))

Ces faits devraient aussi faire réfléchir sur les rapports communautés-États. Voulons-nous des pays morcelés en régimes communautaristes (pratique pour les empires) ou des structures politiques plus larges qui ne soient pas liées à des groupes culturels déterminés mais qui les représentent tous et favorisent leur vivre-ensemble ?

Cela peut aussi faire réfléchir sur le sens d’un pays comme la Belgique (malgré, là aussi, ses nombreux défauts et absurdités), sorte de miniature de l’ex-Yougoslavie, avec trois langues officielles, une autonomie culturelle et en partie politique des communautés principales, une reconnaissance des religions de groupes culturels issus des migrations, etc. (Certes, concernant la reconnaissance des langues, elle ne concerne pas encore le wallon, ou encore le limbourgeois. Mais il faut espérer que ces « petites » langues nous seront aussi reconnues dans l’avenir).

Ce qui nous amène aux modestes moyens de résistance : outre l’étude de faits comme ceux-ci, il y a l’intérêt porté aux voisins, à leurs langues et cultures, qu’ils soient néerlandophones, maghrébins, slaves… Si les peuples et communautés étaient réellement liés, il ne serait pas si facile de les diviser pour régner.

Un exemple assez fascinant, lié à ce texte : un copain m’a proposé d’écrire, pour Kairos, un article qu’il traduirait en wallon (c’est ce qui m’a donné l’idée de rédiger ceci). Il faut savoir qu’il est d’origine roumaine (né en Transylvanie où il a longtemps vécu), et que, passionné par les cultures, il a appris notamment le français, le néerlandais, l’allemand, ainsi que le wallon… (Et ce n’est pas une blague). Autant de petits actes de résistance ?

Daniel Zink, coordinateur de l’asbl Carrefour des Cultures

La version wallonne de l’article sera bientôt publiée sur le site de Kairos, ainsi que dans le périodique Li Rantoele, n°87, sous le titre “Balcanix-haedjes planifyîs“, traduction wallonne de Georges Staelens-Sfasie.

  1. Elles ont été mises en valeur par A. Wilcoxon.
  2. Jugement de Karadžic, § 3460 – http://www.icty.org/x/cases/karadzic/tjug/en/160324_judgement.pdf
  3. Ibid.
  4. Ibid., § 3288.
  5. Ibid., § 3290.
  6. Ibid., § 3290.
  7. https://www.cairn.info/revue-cites-2003-2-page-91.htm#re8no8 – site associé à la BNF.
  8. Ibid.
  9. Ganser, D., Guerres illégales, Demi-lune, 2017 (chap. 11).
  10. Ibid.
  11. « Kosovo, le Bénéfice du doute », France Inter, 30/05/13.
  12. « Mémoire du mal, tentation du Bien... », France Culture, 11/07/17.
  13. France Inter, émission cit., 2ème partie.
  14. France Culture, émission cit.
  15. France Inter, émission cit.
  16. « Une prison secrète américaine... », Le Monde, 25/11/05.
  17. http://www.axl.cefan.ulaval.ca/europe/ex-yougoslavie.htm
  18. Cairn.info, article indiqué.
  19. « En Croatie, la mémoire... », Le Monde, 2/6/16.
  20. Ganser, op. cit.

Daniel Zink
Auteur
Arianna Simoncini
Illustratrice

Daniel Zink
Auteur

Arianna Simoncini
Illustratrice

Recevez notre lettre d'information

ut sit dolor. id, fringilla dolor amet, venenatis, lectus id facilisis eleifend