chronique/
6 novembre 2019

Aimez les objets

Le journalisme libre coûte cher.

Pour faire des articles, reportages, interviews, vidéos… Aidez-nous: abonnez-vous, abonnez la famille, les amis, parlez de nous, faites un don.

Les avez-vous entendues, ces pubs radio (assez bien foutues) où un homme ou une femme font une déclaration d’amour lors d’une rupture apparemment très douloureuse. Entre deux sanglots, on réalise en fin de compte que le ou la désolé.e parlent à leur Volvo qu’ils vont revendre comme occasion. Le lien quasi charnel qui les liait à un tas de ferraille est de toute évidence tellement fort que la séparation est un véritable drame. Amusant : l’épouse du désespéré intervient en fin de pub pour dire « Dis donc, tu sais que tu parles à une voiture, là ?  ». C’est la petite pirouette finale qui permet sans doute au créateur de la publicité de se distancer de sa propre œuvre dont il ne peut ignorer le caractère manipulateur.

Sur les panneaux publicitaires de rue, illuminés et de plus en plus souvent animés (quelle gabegie d’électricité !), c’est la firme Qualcomm qui affirme « Qualcomm vous fera aimer votre smartphone  ». Cette multinationale américaine est spécialisée dans la conception et la fabrication de solutions de télécommunications. Le but est donc ici de faire acheter des apps (applications) qui se multiplient sur les smartphones et qui rendent des services le plus souvent inutiles, qui déconnectent du monde sensible et font accéder à « une réalité augmentée  » (le réel n’est manifestement plus satisfaisant pour nos humains connectés).

Ces messages publicitaires s’adressent à ces individus qui sont des monades(1), coupés de leurs semblables. En les incitant à diriger leurs affects vers des choses, à aimer leurs objets de consommation, la publicité développe à rebours un slogan anti-simplicitaire : « Plus de biens, moins de liens  ».

VIVE LES SEINS !

Une campagne publicitaire qui a sans doute été le plus largement dénoncée est celle de la firme Nestlé pour son lait en poudre. Dans les pays du tiers-monde, diluer de la poudre de lait dans une eau trop souvent malpropre provoque de très graves dysenteries. L’OMS a donc, dès 1981, logiquement interdit toute publicité ou promotion des substituts au lait maternel, ainsi que l’offre d’échantillons gratuits aux femmes enceintes. Cela n’a pas empêché Nestlé de continuer ses publicités. Selon certaines études, ce serait 1,5 millions d’enfants qui mourraient chaque année, 4 000 décès chaque jour ( !), parce que les femmes africaines se laissent séduire par la pub et veulent imiter ce qu’elles croient être le mode de vie en Occident.

Et pourtant, dans les pays développés, l’allaitement maternel continue à être largement utilisé pour nourrir les nouveau-nés. Malgré les articles de certains journaux féminins faisant savoir que cela abîmait quelque peu les seins des jolies mamans (comme si leurs seins étaient là pour les yeux et les mains des mâles et pas pour la bouche des bébés…), malgré les campagnes de publicité de Nestlé & Co vantant les avantages de leurs laits maternisés, beaucoup de mères préfèrent écouter les médecins qui démontrent que les immunoglobulines présentes dans le lait maternel protègent les nourrissons de bien des maladies infectieuses dans les premiers mois de leur vie.

Ce don gratuit des mères représente une perte pour l’activité économique productive comptabilisée, car si les multinationales de l’agro-alimentaire avaient pu vendre le substitut de ce lait gratuit, ce sont sûrement des sommes considérables qui auraient été ajoutées au sacro-saint PIB. Mais aussi des frais médicaux très lourds ont pu être épargnés, ce qui, selon les productivistes, dégraderait la rentabilité des hôpitaux… Une économiste australienne a estimé, a contrario, ce que permet d’épargner l’allaitement dans 3 pays(2). Aux États-Unis, la contribution potentielle est de 110 milliards de $ par an. Hélas pour la santé des bébés (mais heureusement pour le PIB), 2/3 de ce cadeau des mères allaitantes est perdu par sevrage trop précoce. Si les partisans de la gratuité et de l’autonomie disent donc « Vive les seins !  », les économistes productivistes et les comptables de Nestlé grommellent « Saleté de nichons  ! ».

Alain Adriaens

  1. Définition : monade, conscience individuelle, individualité en tant qu'elle représente à la fois un point de vue unique, original sur le monde et une totalité close, impénétrable aux autres consciences individuelles ou individualités.
  2. https://www.researchgate.net/publication/249322424_Lost_Milk_Counting_the_Economic_Va

Alain Adriaens

Alain Adriaens

Auteur
Victorien Ezard
Illustrateur

Victorien Ezard
Illustrateur

Recevez notre lettre d'information

porta. in ut eget consectetur ut ante. ut nunc elit.