breve/
6 novembre 2019

RTBF : RENTRÉE TRANSHUMANISTE BIEN FÊTÉE

Le journalisme libre coûte cher.

Pour faire des articles, reportages, interviews, vidéos… Aidez-nous: abonnez-vous, abonnez la famille, les amis, parlez de nous, faites un don.

Si l’intelligence artificielle (IA) « s’est immiscée dans nos vies sans que nous ne nous en rendions réellement compte  » comme l’affirme Laurent Alexandre, rien n’est plus vrai également des transhumanistes eux-mêmes qui en font, comme lui, l’apologie au quotidien ! Encore inconnu il y a à peine 10 ans, cet urologue de formation puait déjà le fric plus qu’il ne soignait les gens… Cofondateur du peu fiable site Doctissimo.fr dont il revend ses parts en 2008 au Groupe Lagardère pour la bagatelle de 70 millions d’€, patron de DNAVision, une société belge de séquençage du génome humain, propriétaire à 28 % du groupe marketing internet Hi-Media et du journal La Tribune, il est désormais « l’un des conférenciers français les plus recherchés avec Luc Ferry et l’économiste Nicolas Bouzou, de ceux qui peuvent facturer entre 5 000 et 12 000€ l’intervention !  ». Tout ça pour nous faire avaler ses âneries sur un ton prophétique des plus sérieux. Le gourou est formel : l’IA va nous dépasser, il faut donc massivement augmenter le QI de la population, financer les start-up et numériser l’école ! Et puisqu’en passant, l’urologue s’est fait futurologue pour trois sous (ou trois lettres), il affirme de sa voix très grave que l’espèce humaine va devenir immortelle d’ici 1.000 ans tout au plus ! On rirait bien à gorge déployée s’il n’était pas pris de plus en plus au sérieux à mesure qu’il débite des conneries… Diantre, déjà qu’il tenait une chronique hebdomadaire dans le journal Le Monde ainsi que dans le Huffington Post, qu’il avait été invité au Sénat français en janvier 2017 comme « expert » de l’impact de l’intelligence artificielle sur la société et l’économie et qu’il faisait partie de la brochette très select des « personnalités » citées par Le Parisien pour soutenir la présidence de Macron ! Le bouffon est désormais partout et se sent comme chez lui même chez nous depuis qu’il s’y est fait résident fiscal. Et la RTBf de se gêner d’utiliser les fonds publics pour en faire l’invité de marque de la soirée de rentrée de La Première le 3 octobre à la Cité Miroir, en collaboration avec Trends-Tendances et le Cercle de Wallonie ; ni moins de résister à la tentation de faire profiter de sa présence « exceptionnelle » au grand public le lendemain sur les ondes de la même chaîne dans un faux débat accompagné d’Olivier Wasseige, administrateur délégué de l’Union wallonne des Entreprises, co-fondateur de Défi Media et créateur d’Internet Attitude, Pierre Rion, multi-entrepreneur, président du Conseil numérique wallon et du Fonds numérique wallon et Emmanuelle Vin, docteur en sciences de l’ingénieur de l’ULB, avec une spécialisation dans les algorithmes génétiques, fondatrice de la spin-off AMIA Systems, active dans l’optimisation de processus industriels… Qui a dit résilience ?

Maxime De Coster

Aenean porta. consectetur felis justo dictum facilisis sit nec