Tout n’est pas encore perdu

Illustré par :

Dans quel monde vivons-nous ? Dans un monde en crise, assurément. Sixième extinction, changements climatiques, changement d’affectation des sols sans précédent, perturbation des cycles du phosphore et de l’azote, acidification des océans : 4 limites planétaires sur 10 dépassées, presque 5. Dépasser ces limites qui régulent la stabilité de la biosphère nous fait entrer dans un état inconnu du système-Terre dont on peut craindre qu’il ne soit pas propice à l’agriculture, à l’humanité, voire même à la vie. Mais le terme de « crise » est anxiogène : on lui préfère celui de « transition » qui procure une illusion de planification et de gestion. La transition évoque un changement sans violence ni révolution. C’est un mythe, évidemment. Mais “positif”. Vivons-nous dans un monde en transition ? Cela dépend. En transition énergétique ou agricole : à l’échelle globale, pas vraiment, même si des initiatives existent. En transition numérique : oui, et par conséquent bien loin des objectifs de déc...

Vous devez être abonné pour visualiser cette page.

Si vous êtes déjà abonné, veuillez-vous connecter.
Dans le cas contraire, abonnez-vous dès à présent.