La folie technoscientifique

Illustré par :

Nous vivons dans un monde où, pour lutter contre le réchauffement climatique, nous envisageons tranquillement d’envoyer des nanoparticules de soufre dans l’atmosphère pour réfléchir le rayonnement solaire, modifiant la biosphère de manière irréversible. Un monde où nous « fertiliserons » la mer pour stimuler la croissance du phytoplancton, qui absorbe beaucoup de CO2, bouleversant les équilibres physicochimiques et écosystémiques des océans, là encore de façon irréversible. 

Nous vivons dans un monde où les êtres humains et la nature doivent être « augmentés » ou « améliorés », pour plus d’efficacité et de performance. Comme le dit Ray Kurzweil, directeur de l’ingénierie chez Google et transhumaniste en vue, « le vieillissement, la maladie et la mort sont des problèmes que nous pouvons aujourd’hui dépasser », grâce au déploiement de techniques toujours plus puissantes et intrusives, comme des implants cérébraux ou des nanorobots nous réparant de l’intérieur. Les apprentis-sorc...

Vous devez être abonné pour visualiser cette page.

Si vous êtes déjà abonné, veuillez-vous connecter.
Dans le cas contraire, abonnez-vous dès à présent.