rubrique/
2 décembre 2019

LE SOIR NOTRE NOUVELLE RUBRIQUE POUR S’ENDORMIR

Le journalisme libre coûte cher.

Pour faire des articles, reportages, interviews, vidéos… Aidez-nous: abonnez-vous, abonnez la famille, les amis, parlez de nous, faites un don.

Le 23 avril dernier dans Le Soir  : « La Belgique ne doit pas rater le train des… drones  ». Le 24 avril, un feuillet spécial de 8 pages : « La voiture du futur  » (à savoir la « voiture autonome »… et le terrible subterfuge qu’est l’utilisation du terme « autonomie », pour ce qui relève d’une complète hétéronomie). Quotidiennement, Le Soir s’affaire à convaincre dans leurs certitudes les adultes d’aujourd’hui qui formateront les enfants de demain. S’ils s’esclaffent ponctuellement et de façon hypocrite sur le délabrement du monde, c’est uniquement parce que devant le désastre perçu, ils faut verdir son discours. Mais c’est pour mieux nous convaincre d’accepter bagnoles intelligentes, drones et transhumanisme, ou plus simplement de nous pousser à consommer les produits avec lesquels les actionnaires du Soir partagent quelques intérêts.

S’il ne faut pas rater le train des drones, il ne faut pas non plus rater celui des téléviseurs. « Pourquoi la Coupe du monde est une opportunité pour changer de télé  ». Si vous pensez qu’on a trouvé cet article dans un dépliant de grande surface, détrompez-vous ! C’est dans Le Soir en ligne (16/06). Tout au long de l’« article », le « journaliste » feint de décrire ce qu’il présente presque comme une manifestation naturelle – le progrès ! –, participant sans même qu’il semble le réaliser, au phénomène. « Tout cela, c’est bien [ayant évoqué la croissance des ventes lors des événements sportifs antérieurs]. Mais devez-vous suivre le troupeau et vous précipiter en magasin pour participer à cette vague audiovisuelle consumériste aux couleurs de la Russie et des Diables rouges  ? ». Eh bien voilà se dit-on, arrivé à ce moment de la lecture : le journaliste retrouve son esprit critique ! Euh…, eh bien, pas vraiment, car ce n’est que pour « rationaliser » le choix du consommateur soumis aux critères communs d’une économie qui fonctionne sur l’obsolescence programmée des objets : « À vrai dire, tout dépend de votre équipement actuel et, bien entendu, de vos finances. Si votre téléviseur est de taille modeste (moins de 50 pouces de diagonale, soit 127 cm), qu’il a déjà 5 ans dans les pattes, qu’il n’est “que” HD Ready (720 pixels de haut) ou full HD (1080 pixels de haut), que vous avez un petit millier d’euros sous le coude et que vous appréciez les belles et grandes images, lisez bien ce qui suit…  ». En gros : si votre téléviseur est énorme mais que vous en voulez un encore plus grand, que vous avez l’argent pour l’acheter (ou pas, vous n’aurez alors qu’à recourir au crédit), qu’il n’est pas vieux mais qu’on vous dit qu’il l’est (surtout quand votre voisin vient d’acheter le nouveau), que vous n’en avez strictement rien à faire que votre téléviseur de 5 ans va se retrouver dans des décharges en Afrique, alors « lisez bien ce qui suit  », c’est-à-dire : Le soir va vous donner envie d’avoir envie… On vous passe les détails, mais le « journaliste » conclut par on ne peut plus clair : « Donc même si vous détestez le foot, foncez. Et dites merci au ballon rond qui vous offre de solides opportunités  ». Merci Le Soir d’être aussi clair !

A.P.

Envoyez vos perles médiatiques du Soir à info@kairospresse.be

Recevez notre lettre d'information

libero. luctus lectus dolor. pulvinar elit. elementum risus.