Cancel culture et politiquement correct : la cabale des nouveaux dévots

Illustré par :

Marni

1664 : la compagnie du Saint-Sacrement, fer de lance du parti dévot, tente de faire interdire le Tartuffe de Molière au motif qu’il attaquerait la religion et serait blasphématoire. Certains en appellent même à brûler le dramaturge. Cet épisode, resté dans l’Histoire sous le nom de « cabale des dévots » devrait nous alerter. Aujourd’hui, à travers le politiquement correct et la « cancel culture », ou culture de l’annulation, de nouvelles formes de censure et d’autocensure se mettent en place et prennent pour cible la culture et les arts en général. État des lieux d’une société où les libertés de création et d’expression se trouvent, à nouveau, menacées. 

Il n’y a pas longtemps, sur le plateau d’une télévision régionale bruxelloise, une élue Ecolo bon teint discourait doctement de « consommation éthique de la culture » et mettait en garde contre des œuvres jugées moralement douteuses. Je ne sais plus trop à quelles œuvres sulfureuses elle faisait allusion ni à quel typ...

Vous devez être abonné pour visualiser cette page.

Si vous êtes déjà abonné, veuillez-vous connecter.
Dans le cas contraire, abonnez-vous dès à présent.

Powered By MemberPress WooCommerce Plus Integration

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Ut elit tellus, luctus nec ullamcorper mattis, pulvinar dapibus leo.

Se connecter