article/
30 décembre 2020

L’État : censeur, pas sauveur

Le journalisme libre coûte cher.

Pour faire des articles, reportages, interviews, vidéos… Aidez-nous: abonnez-vous, abonnez la famille, les amis, parlez de nous, faites un don.

(suite de l’édito du Kairos 46)

Pendant qu’on légitime un pouvoir en guerre permanente qui occulte l’inégalité structurelle de nos sociétés, caricaturées en une commode dichotomie d’un peuple uni face à un ennemi, celui-ci nous fait avancer dans le sens qu’il veut : concernant le numérique dans l’enseignement par exemple, « Le Covid19 a joué un rôle de catalyseur. On va probablement réaliser en quelques mois ce qui, sans cette crise, aurait nécessité quelques années  »(1) ; on sait qu’en plein confinement, l’IBPT proposera, concernant l’introduction de la 5G, « d’octroyer des droits d’utilisation provisoire  »(2) ; les avions ont été cloués au sol en quelques jours et pendant plusieurs mois, ce qui semblait impossible avant, le zèle pour les arrêter n’ayant d’équivalent que celui qui s’est déployé pour les remettre en vol. Le principe de précaution est ainsi sélectif : on massacre le secteur culturel, mais pas l’aéronautique et la voiture. 

Si les propos qui précèdent sont des vérités, par principe ils ne pourront être dits à large audience, car ils délégitimeraient automatiquement le pouvoir en place. Dès lors, un débat public dans des conditions favorables d’où pourraient découler certaines vérités et les mesures politiques à mettre en œuvre, est simplement impossible. Dans une société de consommation, où le sujet a troqué sa liberté contre une bien précaire sécurité et un délétère pouvoir d’achat, leitmotiv de l’extrême droite à l’extrême gauche, ce manque criant d’agora où tout se dit n’est pas combattu, ou pire, n’est même pas perçu. L’illusion de rejoindre un jour la classe supérieure en s’enrichissant éteignant chez la plupart toute forme de contestation. 

« Car si tous jouissent de loisirs et de sécurité, les masses ordinairement abruties par la pauvreté vont s’instruire et se  mettre à penser, en conséquence de quoi elles finiront par s’apercevoir que la minorité privilégiée ne sert à rien et elles la balaieront. À terme, une société hiérarchisée doit s’appuyer sur la pauvreté et l’ignorance pour être viable » 

Il n’est en effet pas envisageable, dans un système politique qui a fait reposer l’entièreté de son fonctionnement sur la croissance de la production et de la consommation, utilisant divers mensonges comme la publicité, la propagande médiatique, le spectacle politique(3), de penser hors du cadre, notamment de dire qu’une innovation, qui engrangera des bénéfices pour une élite, n’apportera rien à la majorité, ou pire risque de lui nuire. À cette fin, les politiques occuperont une part importante de leur activité à se justifier et dire ce qu’ils ne font pas, tout en faisant ce qu’ils ne disent pas, promettant emploi, santé et bonheur pour tous, pendant que la réalité montrera implacablement chômage, maladie et misère sociale. 

« Il s’agit donc d’un problème d’éducation : il convient de couler dans le moule la conscience du groupe dirigeant et celle du groupe plus vaste de cadres qui lui sont immédiatement subalternes. Quant aux masses, il suffit d’endormir leur conscience » 

« Tout citoyen, ou du moins tout citoyen assez important pour qu’on le surveille, pouvait être placé vingt-quatre heures sur vingt-quatre sous le regard de la police et à portée de voix de la propagande officielle – à l’exclusion de tout autre canal de communication. Imposer une obéissance complète à la volonté de l’État, mais aussi une parfaite uniformité d’opinion sur tous les sujets, devenait possible pour la première fois » 

LE CONTRÔLE DU RÉEL 

« Les noms des quatre ministères qui nous gouvernent contredisent à dessein leur vraie nature. Le ministère de la Paix s’occupe de la guerre, le ministère de l’Amour s’occupe de la torture, le ministère de la Vérité de la propagande et celui de l’abondance de la disette » 

Maître du « doublepenser  », les acteurs politiques seront à la fois capables de nommer la chose et son contraire, Sophie Wilmès de dire un jour au journaliste Jérôme Colin que « La liberté d’expression est sacrée. Le débat aussi  », avec « la conviction que la critique est saine  », et un autre jour de vous interrompre pour vous dire que les conflits d’intérêts sont affaire de privacy et ne concernent pas le citoyen ; d’indiquer sur son site « je suis à votre écoute pour toute question/suggestion  », mais de refuser d’être confrontée à des phrases qui écaillent le vernis de sa représentation travaillée. D’un côté donc, la « liberté d’expression », de l’autre l’interdiction de parler, qui mène à celle de penser. 

« L’orthodoxie, c’est de ne pas penser. De ne pas avoir besoin de penser. L’orthodoxie, c’est l’inconscience ». 

« Le Parti prétend que l’Océanie n’a jamais été alliée avec l’Eurasie. Lui, Winston Smith, sait parfaitement qu’elles étaient encore alliées quatre ans plus tôt, mais où cette information est-elle déposée ? Exclusivement dans sa conscience, vouée à l’anéantissement à court terme. Et si tous les autres acceptent le mensonge imposé par le Parti, si tous les récits concordent avec lui, ce même mensonge passe dans l’histoire et devient vérité. “Qui contrôle le passé contrôle l’avenir”, clame un slogan du Parti, “et qui contrôle le présent contrôle le passé”. Or le passé, devenu altérable, n’a pourtant jamais changé. Ce qui est vrai aujourd’hui est vrai depuis les siècles des siècles. C’est simple, il suffit d’une série de victoires ininterrompues sur la mémoire. “Contrôle du réel”, comme on dit, et en néoparler, “doublepenser” » 

Dans 1984, Sophie Wilmès aurait été responsable du ministère de l’amour, « qui fait régner la loi et l’ordre  ». L’État, qui nous prive de la capacité de régir nos vies s’immisce dans ce qui fait encore notre humanité, et casse la proximité sociale (cf. distanciation physique) pour la transmuer en « proximité » virtuelle, oxymore s’il en est : télétravail, confinement numérisé avec téléchargement de données offert par les opérateurs, école « hybride », traçage… L’omniprésent Marc Van Ranst, dont la propagande officielle ne semble pas trouver matière à critique alors qu’il roule aussi pour GSK pendant qu’il prend des décisions pour 11 millions de Belges, disait : « Nous finirons par nous habituer à cette situation (…) Bien entendu, chaque crise modifie la société, c’est ce qui se produit maintenant aussi : les gens vont davantage faire du télétravail, une attention plus grande sera portée à l’hygiène des mains, nous garderons nos distances et nous ne nous serrerons plus la main (…) Ce sont des choses qui resteront  »(4). S’habituer, la pire des choses ici… La grenouille aussi avait commencé par apprécier l’eau tiède dans laquelle elle baignait. 

« Le plus terrible, c’est que le Parti te persuade que les élans et les sentiments sont nuls et non avenus, alors même qu’il te prive de tout pouvoir sur le monde matériel. Une fois tombé dans ses griffes, ce que tu ressens ou ne ressens pas, ce que tu fais ou te retiens de faire, n’a plus aucune importance. De toute façon, tu disparais, et on n’entendra plus jamais parler de toi ni de tes actes. Tu es soustrait au cours de l’histoire. Et pourtant, il y a seulement deux générations, les hommes auraient tenu la chose pour négligeable dans la mesure où ils ne tentaient pas de changer l’histoire. Ils étaient gouvernés par des allégeances personnelles qu’ils ne remettaient pas en question. Ce qui comptait pour eux, c’était les relations entre les êtres, et un geste d’abandon, une étreinte affectueuse, une larme, une parole à un mourant, pouvaient avoir une valeur en soi » 

POLITICIEN : L’ART DE LA PUB 

Le fait que Sophie Wilmès soit issue du monde de la pub(5) n’est pas un hasard : la sphère politique use depuis longtemps de ses méthodes afin de travestir la réalité et la rendre ainsi favorable au pouvoir tout en évitant la contestation : on vend une décision politique comme on vend une voiture, en la rendant désirable et la faisant passer pour indispensable. L’extinction de toute contestation étant encore impossible, les médias, service de communication des politiques, s’emploieront à l’occulter ou la dénigrer. Comme l’exprimait parfaitement Alain Accardo : « Les médias et leurs personnels ne sont plus que les instruments, plus ou moins consentants et zélés, dont la classe dominante a besoin pour assurer son hégémonie  »(6). Sans eux, ils ne peuvent rien faire. 

Face à la prise de conscience croissante d’une partie de la population quant au rôle néfaste du gouvernement, les serviteurs médiatiques zélés devaient donc publier des papiers qui allaient redorer le blason des politiques et étouffer la contestation. Dans un article qui a autant à voir avec le journalisme que le développement durable avec l’écologie, on peut lire les « états d’âme » de Sophie Wilmès couchés dans La Libre du premier week-end d’août. Véritable éloge dénué de toute pensée critique, Sophie s’épanche et se livre, alors que ce qui la touche le plus dans la vie est « la souffrance des autres  » : « La période était dure, pas pour moi (sic), mais je voyais que les gens étaient en souffrance  ». Le Soir se joint à la manœuvre avec, comme l’article de La Libre, quatre pages dans le feuilleton « racines élémentaires », titré par ce propos de la Première : « Je ne suis pas victime de ma vie  ». On l’avait compris… Le 29 août, Paris Match lance son article lénifiant à son tour, alors que la Première a été élue entre-temps, et par les mêmes, femme de l’année : « Sophie Wilmès : La femme de l’année est une première ministre en baskets  ». Ah oui ? Et si elle avait porté des mocassins ? Le chapeau de l’article parle à lui seul : « En pleine crise du Covid, Sophie Wilmès apporte une bouffée d’oxygène à la politique belge. Et beaucoup d’humanité dans un monde en souffrance  ». Merci maman Sophie. Des entretiens identiques qui ne nous disent rien sur le réel, pas une question impertinente, profonde, aucune évocation des conflits d’intérêts ou de toutes ces initiatives de contestation de la gestion politique de la crise, mais une litanie sur la famille, les enfants, le mari, « l’ego en politique  »… Soit les médias mainstream dans leur rôle traditionnel. 

Ils auraient pourtant pu lui poser quelques-unes des questions que nous envoyons au service de communication de Sophie Wilmès depuis plus de 4 mois et pour lesquelles nous n’obtenons aucune réponse(7). On mesure l’ineptie et la fonction conformiste de ce genre d’articles à l’aune des thèmes qu’ils auraient pu aborder. Qu’en est-il par exemple de « La Coalition pour les innovations en matière de préparation aux épidémies » (CEPI), fondée lors du Forum économique mondial en 2018 ? Derrière l’acronyme, des États comme la Norvège ou le Japon, la Fondation Bill & Melinda Gates ou encore le Wellcome Trust. Du PPP (partenariat public-privé) classique, fortement soutenu par l’OMS (dont Bill Gates et le principal donateur) pour accélérer le développement d’un vaccin. À la manœuvre aussi, des Belges, comme Peter Piot, directeur de l’École d’hygiène et de médecine tropicale de Londres, et Paul Stoffels, directeur scientifique de Johnson & Johnson. Mais aussi Luc Debruyne, qui a dirigé l’activité mondiale des vaccins pour GSK, membre du conseil consultatif institutionnel de l’Institut flamand pour les biotechnologies (VIB), strategic advisor… à la CEPI. La CEPI, outre qu’elle est largement subsidiée par la Fondation Bill & Melinda Gates, a également perçu 5 millions d’euros du gouvernement belge(8). L’argent public se retrouve finalement par l’intermédiaire du financement de la CEPI transféré à la plateforme GSK/Cover, et donc à subsidier le privé(9). « Affaire de privacy » ? On aurait également pu demander à Sophie pourquoi Hugues Malonne, DG post-autorisation à l’AFPMS, dans l’équipe de Philippe De Backer dont nous avons dénoncé les conflits d’intérêts, a permis que son agence outrepasse ses droits et mette en place un processus de validation interne, mais surtout s’il n’y a pas conflit d’intérêts et possibles malversations du fait que la femme de l’intéressé, Marie Tré-Hardy, est la directrice adjointe des hôpitaux dont le labo a été choisi dans la liste de ceux à qui était confié la validation.(10) 

OPACITÉ ÉRIGÉE EN SYSTÈME 

Nous n’avons pas plus la certitude que le Covid n’est rien ou celle qu’il serait d’une gravité inédite. Nous constatons seulement des choses étranges et une opacité plus qu’indécente en cette période : centralisation des chiffres liés aux personnes infectées et décédées, statistiques faussées (personnes infectées comptabilisées plusieurs fois) ou présentées de façon orientée (des pourcentages d’augmentation calculés sur de très faibles populations ; nombre de cas asymptomatiques non comptabilisés à part ; croissance des cas non corrélés avec l’augmentation des tests), mélanges incestueux entre le monde politique/scientifique et le monde privé pharmaceutique, notamment GSK, fabrication de l’angoisse à coups de fil-info principalement orientés sur le nombre de cas quotidiens, plusieurs fois par jour ; informations contradictoires (les masques ne sont pas utiles/les masques sont indispensables(11)), crainte de ceux qui ont un avis différent de la version officielle de s’exprimer, sous peine de stigmatisation/criminalisation ; refus politique de prendre des décisions apparemment importantes pour une tranche conséquente de la population, nos vieux, respectant la sacro-sainte loi de l’offre et de la demande… 

Il semble y avoir trop d’éléments probants qui montrent les faveurs qui ont été faites aux multinationales privées (cf. Philippe De Backer, avec le rejet des labos cliniques pour effectuer les testings au profit d’un consortium d’entreprises, ou, encore lui, avec ses intérêts dans Vesalius Biocapital ; l’affaire Hugues Malonne ; l’affaire Goffin et Avrox, etc.). 

« Car ce n’est qu’en conciliant les contradictions qu’on garde le pouvoir indéfiniment. Le sempiternel cycle ne pouvait être rompu autrement. Si l’égalité entre les hommes doit être proscite à tout jamais, si la classe supérieure, comme on l’a nommée, veut garder sa suprématie, alors l’état d’esprit ambiant doit se ramener à une démence maîtrisée » 

Au-delà du doute, de ce méli-mélo déroutant d’infos et de contre-infos, nous demandons à savoir. Cela paraît évident. La crise d’aujourd’hui est globale, la suite logique d’un système « défaillant ». Mais impossible d’attendre des médias qu’ils fassent autre chose que ce qu’ils sont programmés à faire, à savoir assurer la pérennité des dominants. En plein Covid-19, alors que des mesures exceptionnelles sont prises qui mettent en péril des millions de personnes en Belgique, demander des comptes à ceux qui sont censés nous servir – mais ne le font plus depuis longtemps – sur les conflits d’intérêts entre les acteurs politiques et scientifiques et le monde des multinationales pharmaceutiques ne peut surtout pas être entendu. 

« Winston laisse tomber les bras le long de son corps et remplit lentement ses poumons. Son esprit vagabonde dans les dédales du doublepenser. Savoir sans savoir, être conscient de la vérité intégrale tout en racontant des mensonges savamment construits. Entretenir en même temps deux opinions antithétiques, avec une égale conviction. Jouer la logique contre la logique, bafouer la morale tout en s’en réclamant, croire la démocratie impossible et désigner le Parti comme son gardien, oublier ce qu’il faut oublier, puis retrouver la mémoire si nécessaire pour oublier aussitôt ensuite. Et surtout, appliquer ce traitement au procédé lui-même : induire l’inconscience sciemment, et refouler l’acte d’autohypnose auquel on vient de se livrer – le comble de la subtilité. Pour comprendre le mot “doublepenser”, encore faut-il être capable de “doublepenser” soi-même » 

PLAINTE CONTRE L’ÉTAT 

Nous n’avons pas tout à coup pensé que dans ce grand dysfonctionnement parfaitement fonctionnel (car le chaos profite à certains), la justice allait nous sauver, et que la vérité, grâce à elle, allait vaincre. Nous pensons toutefois que la faire intervenir ne peut, dans la situation qui est la nôtre, n’être qu’à notre avantage : dans le cas où nous devions avoir gain de cause, nous prouverions que l’État est coupable d’avoir entravé la liberté de la presse ; dans le cas contraire, que la vérité ne peut aboutir même lorsque nous convoquons la justice. 

« Appartenir à une minorité, se réduirait-elle à un seul individu, ne fait pas de toi un fou. Il y a la vérité et la contre-vérité, et si tu t’accroches à la vérité envers et contre tout, tu n’es pas fou. » 

Nous avons donc introduit une plainte contre l’État belge, pour entrave à la liberté de la presse, alors que depuis plus de quatre mois, toutes les conférences de presse nous sont refusées(12). Avant le 27 juillet, ils justifièrent cela par la règle des pools (voir encadré). Aujourd’hui, ils trouvent autre chose. Ils doivent trouver. 

Alexandre Penasse 

LES POOLS, OU L’INVENTION
QUI CRÉE L’ILLUSION DE LA PLURALITÉ 

Après notre première conférence de presse du 15 avril et le « malaise » suscité, selon les termes de la presse dominante, les raisons des refus que l’on assiste aux conférences de presse ultérieures ont varié au gré de celles-ci, le cabinet de Wilmès cherchant sans cesse à expliquer l’inexplicable, à justifier « démocratiquement » notre absence. Tout au long de leur exercice rhétorique, un mot revenait, celui de pool

Que vous soyez favorables ou opposés au fait que les multinationales pharmaceutiques aient un pouvoir d’influence sur les décisions politiques qui sont prises au nom du collectif, dépasse au fond le problème qui nous préoccupe ici en premier lieu. En effet, le gouvernement a décidé au nom d’une règle obscure et arbitraire (les pools) qu’il a sortie de son chapeau, de ne pas en faire un débat : « vous introduisez ici une question biaisée politiquement, ce qui n’est pas l’habitude des journalistes », dira Sophie Wilmès le 15 avril. Les journalistes du pouvoir, porte-parole des patrons et des politiciens, ont en effet l’habitude de poser les questions convenues, non « biaisées », et les premiers d’y répondre comme il se doit. Dans ce jeu, les citoyens-spectateurs sont grugés, alors que certains pensent encore que les dés ne sont pas pipés. 

LES POOLS, INVENTIONS DU POUVOIR 

Grâce à leurs décisions arbitraires déguisées en choix démocratique, depuis le 15 avril les questions ineptes et vides ont égrainé les conférences de presse. Compétitions sportives, fêtes des mères, pratique du kayak, reprise du shopping, de l’avion… n’amène pas à vous faire traiter de « complotiste » dans les médias mainstream. Brossés dans le sens du poil, les politiciens rendent la pareille aux journalistes : ils les réinvitent… et ils aiment cela, les journalistes aux ordres, ayant le sentiment qu’une partie du pouvoir qu’ils admirent chez celui qu’ils interrogent se reflète sur leur personne. Tout cela n’a pas de prix : compromissions, mensonges, collusions. 

MAIS C’EST QUOI UN POOL  ? 

Selon le dictionnaire  : Pool. Déf. En anglais 1. désigne un étang, une piscine, une mare. 2. Un pronostic, un réservoir (de talent, d’expérience), une équipe. 

En français. 1. Groupement (de personnes physiques ou morales) assurant la gestion commune d’une opération, de ressources, de moyens. D coopération ; cartel, entente, groupe. Pool bancaire, Pool financier. 2. Ensemble des personnes effectuant le même travail dans une entreprise. Pool de dactylos. Pool de presse. D équipe. 

Selon le syndicat des journalistes, l’AJP, dans un courrier : « Les pools sont par définition des regroupements limités de jour

nalistes, qui servent ensuite tous les autres médias (partage d’image, de son, d’information). Il y a une rotation parmi ces journalistes/médias au sein des pools. Il n’y a pas de “droit” d’être dans les pools. » 

SELON LE CABINET WILMÈS VIA SON PORTE-PAROLE 

Définition au 30 mars  : limitation de l’accès à une conférence de presse « à certaines rédactions en pool, en raison des consignes strictes liées au Coronavirus  ».(13) Configuration pouvant être réévaluée lorsque les mesures de social distancing sont levées(14). Toutefois, par définition, « l’accès physique est autorisé aux rédactions qui sont répertoriées par l’Association générale des journalistes professionnels de Belgique qui s’organisent afin de former des pools entre elles  »(15). En résumé, un journaliste membre de l’AJP et titulaire de sa carte de presse,(16) peut faire partie d’un pool

Au 3 avril  : Sélection des journalistes sur des critères flous, nécessitant au préalable de s’inscrire sur une liste secrète comme le font les autres organes de presse,(17) le journaliste n’apprenant que juste avant la conférence de presse, en fonction de la configuration de la salle et du nombre de demandes, s’il pourra rentrer. Tout cela en bonne concertation avec ses homologues journalistes. Cette sélection n’empêche nullement au journaliste d’assister au streaming live(18)

Au 5 mai  : « Clé de répartition d’agences – audiovisuel et presse écrite – répondant à un fonctionnement de pool, permettant à chacun d’avoir une chance (sic) d’accéder à la conférence de presse  ». Les sélectionneurs gouvernementaux qui constituent ces listes secrètes de pools n’excluent toutefois pas les demandes en provenance des médias qui bénéficient de moins de moyens et de moins d’audience que les grands acteurs médiatiques du paysage belge, organisant une tournante laissant la place à un média libre chaque fois. « Cette place, votre client en a bénéficié le 15 avril. Le 24 avril, Le Ligueur l’a occupée  »(19). Ceux qui ne sont pas admis à la conférence ont toutefois droit d’avoir accès à une information totale, pouvant assister à la conférence de presse rediffusée en direct sur internet et sans montage(20). Cette pratique est validée par toute la profession(21)

Pure décision autoritaire, le pool, dont la définition varie au gré des intérêts du pouvoir, est constamment légitimé, et jamais donné pour ce qu’il est : une pratique, qui si elle peut parfois se justifier, permet surtout de conserver le monopole médiatique des « grands médias » propriétés des plus grandes fortunes, en concordance idéologique avec le pouvoir politique qui sert ces fortunes. 

LA DÉFINITION QUE KAIROS DONNE DES POOLS 

Suite à notre expérience, nous définissons un pool comme une sélection arbitraire de journalistes issus des « grands acteurs médiatiques du paysage belge  », c’est-à-dire la presse dominante, à savoir celle qui pose au pouvoir les questions qu’il veut 

bien entendre. Cette sélection arbitraire devient parfaitement intelligible quand le consensus est brisé par un « accident », à savoir quand un intrus réussit à poser une question non-reprise dans les thèmes tolérés. Le choix de pool n’étant étayé sur aucun critère démocratique et transparent, les règles changent au gré des circonstances, s’auto-justifiant par la « nécessité », comme le social distancing demandé par le Covid-19, plutôt que par le pouvoir arbitraire… 

Les propos que tient le syndicat des journalistes, l’AJP, à savoir que « les pools sont par définition des regroupements limités de journalistes, qui servent ensuite tous les autres médias  », dénotent un déni profond des différences existantes entre les médias qui sont des propriétés privées o(ou instrument politique comme la RTBF), et les « petits » médias, libres. Nous le savions, mais l’expérience nous appuie : aucun média mainstream ne relaiera nos propos, nos questions et nos préoccupations. Ce serait méconnaître leur fonction principale : feindre la description du réel alors qu’ils ne s’attachent qu’à générer son acceptation. 

Le seul moyen de briser les illusions qu’ils créent ? Travailler sur les moyens de faire passer des informations libérées de tout intérêt privé. 

« Tant qu’il n’y aura pas de prise de conscience, il n’y aura pas de révolte, et tant qu’il n’y aura pas de révolte, pas de prise de conscience. » 

  1. Moustique, « Le virus du complotisme », 22 août 2020.
  2. Idem.
  3. La Libre, 1er et 2 août 2020.
  4. Dixit Laurent Hublet, CEO de BeCentral, La Libre, 18 et 19 juillet 2020.
  5. « Covid-19 : l’occasion de continuer le business – derrière le paravent médiatique (où n’arrivent que les “bonnes questions”) », voir www.kairospresse.be .
  6. Voir « Nous sommes pris dans le spectacle » ; https://www.kairospresse.be/article/nous-sommes-pris-dans-le-spectacle .
  7. Metro, 2 juin 2020.
  8. Ses études à l’Ihecs et son premier emploi dans une agence de com ; son mari, Christopher Stone, fondateur de Dewez et managing director chez Decaux.
  9. Alain Accardo, « Journalistes précaires, journalistes au quotidien », Ibid., p.13-14.
  10. Le 4 septembre, le cabinet nous a répondu, répondant à la demande de notre avocate. Nous en publierons le contenu, édifiant !
  11. https://diplomatie.belgium.be/fr/newsroom/nouvelles/2020/la_belgique_libere_5_millions_euros_pour_recherche_vaccin_covid-19)
  12. https://www.technologynetworks.com/biopharma/product-news/ gsk-and-clover-biopharmaceuticals-covid-19-vaccine-begins-human-clinical-trials-336466
  13. https://www.levif.be/actualite/belgique/tests-serologiques-les-coulisses-dune-validation-controversee-a-7-millions-enquete/article-normal-1300775. html
  14. Voir « Port du masque systématique, quelle utilité », https://www.kairos- presse.be/article/port-du-masque-systematique.
  15. Voir « 137 jours interdit de conférence de presse », https://www.kairospresse. be/article/137-jours-sans-conferences-de-presse.
  16. Porte-parole de la Ministre : « En raison des consignes strictes liées au Coronavirus, l’accès à la salle de presse est strictement limité à certaines rédactions en pool. »
  17. Porte-parole de la Ministre : « Cette configuration sera réévaluée lorsque les mesures de social distancing seront levées ».
  18. « L’accès physique est autorisé aux rédactions qui sont répertoriées par l’Association Générale des Journalistes Professionnels de Belgique. Celles-ci s’organisent afin de former des pools entre elles. Cela se passe sans encombre ».
  19. Ce qui est mon cas.
  20. « Lors des prochaines conférences de presse, il vous sera demandé de vous inscrire comme c’est le cas pour n’importe quel organe de presse ».
  21. « Nous aviserons à ce moment-là en fonction de la configuration de la salle et le nombre de demandes ; le tout en bonne concertation avec vos homologues journalistes. Ceci étant dit, toutes les conférences de presse et leur contenu sont accessibles à tout un chacun, dans leur entièreté, en streaming live ».
  22. « Cinq places sont prévues pour les collaborateurs des ministres-présidents. Le reste est donc prévu pour la presse, selon une clé de répartition agences/ audiovisuel/presse écrite ; sur la base d’un fonctionnement de pool. Ce système permet à chacun d’avoir une chance d’accéder à la conférence de presse. Nous gardons bien entendu une place pour les demandes en provenance des médias qui bénéficient de moins de moyens et de moins d’audience que les grands acteurs médiatiques du paysage belge. Cette place, votre client en a bénéficié le 15 avril. Le 24 avril, Le Ligueur l’a occupée. Pour cette conférence-ci, nous l’attribuons à DaarDaar ».
  23. « Par ailleurs, je tiens à signaler que l’accès à l’information est totale : la conférence de presse est rediffusée en direct sur internet, sans montage ».
  24. « Cette manière de procéder est validée et soutenue par l’ensemble des participants et l’union professionnelle des journalistes ».
porta. Curabitur in ut risus. nec venenatis, dapibus

Que cherchez-vous ?

Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content
Search in posts
Search in pages
Filter by Categories
Privé
Témoignages