Kairos, journal antiproductiviste pour une société décente

Kairos n°
23

1 Mars 2016

Seriez-vous Libre® ce Soir® ?

Kairos p.0
Kairos p.1Kairos p.2
Kairos p.3Kairos p.4
Kairos p.5Kairos p.6
Kairos p.7Kairos p.8
Kairos p.9Kairos p.10
Kairos p.11Kairos p.12
Kairos p.13Kairos p.14
Kairos p.15Kairos p.16
Kairos p.17Kairos p.18
Kairos p.19

Édito

Interdiction de penser sous peine d’excuser

L’illusion de vivre dans un état démocratique, – au sens où le peuple serait souverain et participerait à la vie collective et aux décisions en étant parfaitement informé – dissimule le plus souvent sous la forme de « l’accident » ce qui est au fond le produit direct d’un système. 

Ainsi, les explications médiatico-politiques autour des attentats font toujours des faits tragiques quelque chose qui relèverait ou bien de la fatalité, ou alors de l’accrochage dans un processus démocratique qui se devrait d’être parfaitement fonctionnel. Dans le premier cas, les terroristes seraient juste des barbares qui refusent notre modernité ; dans l’autre, un défaut aurait grippé la machine démocratique : manque de surveillance des « éléments à risque », défectuosités policières ou de la justice, « dialogue inter-communautaire » imparfait »...

Mais dans les deux cas, la racine du problème ne sera pas dévoilée, à savoir que l’inégalité profonde qui caractérise notre société a un rôle prépondérant dans la dynamique actuelle. Ne pas le faire, c’est attribuer la cause uniquement à l’être, sans aucune quelconque influence de la société dans laquelle il vit. Interdiction de tenter de comprendre :  « expliquer, c’est déjà vouloir un peu excuser », édicta Manuel Valls lors de la cérémonie pour les un an de l’attaque de l’Hyper Cacher porte de Vincennes. Absence de déterminants qui s’apparente très vite à du racisme : si ce n’est pas la misère, la perte de sens d’une société qui se noie dans l’hyper-consumérisme, le sentiment toujours d’être exclus, l’ostracisme et la ghettoïsation, c’est alors l’essence du sujet qui explique – sans expliquer... – les faits... pas de chance si celui-ci est plus souvent musulman : le rapprochement est fait. 

Et tout est à l’avenant, caractérisant profondément notre société et le spectacle du changement qui doit constamment l’accompagner, joué brillamment par les médias de masse qui colportent la bonne pensée. Car l’indécence exige qu’elle prenne en public les contours de la décence et que la continuité se pare des habits du changement, toujours promis. On ne prévient donc pas les maux, on les produit et on les soulage un peu, car le modèle économique est comme la pluie qui tombe : un élément de la nature ! Suite à la crise de 2008, traders et agioteurs ont recommencé de plus bel leurs petits boursicotages – qui préparent la grande débâcle économique qui ne tardera pas à se manifester –, les mêmes qui avaient mené à la crise ; lors de la COP21, une communication interne de la Commission européenne ayant fuité nous apprenait que « l’objectif global de l’Union européenne était d’obtenir des décisions de la conférence sans aucune mention explicite au marché et aux problèmes relatifs aux droits sur la propriété intellectuelle ainsi que de minimiser les discussions sur les questions relatives au commerce »(1). On sait maintenant qu’ils ont réussi.

On continue donc le chemin vers le pire tout en feignant qu’on agit dans un tout autre sens. On « communique » sur la paix pendant qu’on prépare la guerre. Manuel Valls refuse les tentatives d’explications des djihadistes « qui déchirent ce contrat qui nous unit » pendant qu’il brise toute unité et qu’on discute à l’Assemblée une extension de la déchéance de la nationalité.(2) Les propos de Latifa Ibn Ziaten, la mère de Imad, tué à Toulouse le 11 mars 2012, suintent cette humanité qu’on ne trouve plus chez les marionnettes politiques qui ne parlent plus mais « communiquent » : « c’est des jeunes qu’on n’écoute pas, on ne cherche pas à les entendre. Et quand j’ai entendu ces jeunes dire «Mohamed Merah c’est un martyr, c’est un héros de l’Islam», j’ai vu cette souffrance dans leurs yeux, j’ai dit : «c’est là qu’il faut tendre la main» »(3)

Reste donc à déterminer qui sont les vrais « ennemis ».  

Alexandre Penasse

  1. « The EU’s overall objective is to have COP decisions without any explicit mention of trade and IPR issues and to minimize discussions on trade-related issues », voir http://corporateeurope.org/sites/default/files/attachments/trade_and_cli...
  2. Voir http://www.bastamag.net/Pour-la-premiere-fois-sous-la-Republique-une-dis...
  3. Les décodeurs RTBF, 17 janvier 2016, à écouter ici https://www.rtbf.be/radio/player/lapremiere?id=2075695&e=

Recevez notre lettre d'information

Recevez notre lettre d'information

Website by Pierre Lecrenier & Bien à vous