L’individualiste soumis

Illustré par :

« Il est pitoyable d’entendre les autorités politiques et éthiques en appeler à la responsabilité des citoyens après leur avoir inoculé depuis des années une culture individualiste[note] »,Roland Gori

Sacrée modernité tardive, tu ne cesseras de nous étonner ! Depuis l’évangile selon saint Adam Smith prononcé en 1776, nous avions affaire à homo œconomicus, celui qui calcule rationnellement ses intérêts ; à la révolution industrielle, homo technologicus avait confié son destin à la Megamachine, attendant d’elle l’accomplissement du Pro- grès ; il y a une soixantaine d’années, homo consumens avait commencé, tel un zombie des films de George Romero, à hanter les allées des supermarchés, les halls des concessionnaires automobiles et les salons de la construction ; et le nouveau millénaire a vu l’avènement d’homo numericus, dernier avatar d’homo technologicus.  Comme dans le cas des différentes énergies (fossiles, nucléaire, renouvelables) ou des ondes électro-magnétiques (1, 2, 3, ...

Vous devez être abonné pour visualiser cette page.

Si vous êtes déjà abonné, veuillez-vous connecter.
Dans le cas contraire, abonnez-vous dès à présent.