LES PRATIQUES DOUTEUSES D’ÉCOLO SCHAERBEEK

Illustré par :

Si Écolo a toujours placé l’éthique au centre de son programme, chez Écolo Schaerbeek, l’intégrité et l’éthique, on semble s’en moquer. Pourtant, même avisée de cette situation locale, la présidente d’Écolo ne réagit pas. Si les parlementaires d’Écolo ont réalisé un travail exemplaire de contrôle parlementaire dans les affaires Publifin, Kazakhgate et Samusocial, il semble qu’une fois arrivés au pouvoir, l’éthique de certains échevins Écolos s’étiole. Voici quelques exemples à Schaerbeek, où Écolo est au pouvoir depuis près de 20 ans.

Le dauphin d’Isabelle Durant à Schaerbeek, Vincent Van Halewyn, 1er échevin, traîne depuis 10 ans une trouble affaire de faux au diplôme, avec une dette impayée de 35.000 € au parlement bruxellois. Pour toucher un sursalaire de 2.000 €/mois comme collaborateur parlementaire, Mr Van Halewyn s’était déclaré diplômé universitaire, diplôme qu’il n’obtiendra en fait que 2 ans plus tard. Au total, il touchera indûment 35.000 € d’argent public du parlement avant que la situation ne soit découverte. Sommé de produire son diplôme, Van Halewyn avait dû démissionner et Isabelle Durant le recasera dans son fief schaerbeekois.

Depuis 10 ans, interrogé par plusieurs personnes, Mr Van Halewyn avait toujours répondu « ce problème [de 35.000 €] est réglé ». Fait nouveau, interrogé récemment par nous, deux sources indépendantes du parlement ont démenti cette affirmation de l’intéressé : le premier échevin Écolo de Schaerbeek, n’a en fait jamais remboursé au parlement bruxellois les 35.000 € indûment perçus, ce qu’il reconnaîtra lui-même ensuite sur un célèbre réseau social. En termes d’intégrité, on aura vu mieux semble-t-il…

LES MENACES DE VAN HALEWYN

Mais on ne s’arrête pas là. Lorsque la page Facebook de transparencia.be révèlera ce non-remboursement de 35.000 € depuis 10 ans, l’intéressé se justifiera par un « Le parlement ne m’a jamais envoyé de demande de remboursement », ce qui est exact. Pourtant, du point de vue éthique il semblerait que la moindre des choses aurait été de rembourser spontanément l’argent public indûment perçu. Surtout venant de l’élu d’un parti qui en 2017 a fait démissionner le bourgmestre socialiste de Bruxelles Yvan Mayeur pour des rémunérations indues d’ampleur comparable. Écolo prévenu, le parti maintient pourtant son échevin indélicat. Où sont donc passés les vertueux cris des élus Écolos pour qu’Yvan Mayeur (PS) rembourse, un an auparavant ? Indignation sélective ? L’article initial de « La Dernière heure » en 2006, révélait déjà au passage les pratiques clientélistes de subsides octroyés par les échevins Écolos de Schaerbeek(1).

Par la suite, Van Halewyn ira même plus loin, en annonçant qu’il déposait une plainte contre Transparencia. Gageons que sa facture d’avocat sera inférieure aux 35.000 € qu’il devrait rembourser ? Après la fausse déclaration de diplôme, les intimidations. En termes d’éthique, on aura vu mieux également…

LE NÉPOTISME CHEZ ÉCOLO SCHAERBEEK, DE VIEILLES HISTOIRES ?

Un mandataire public peut-il faire engager ses proches comme collaborateurs ? En France, c’est maintenant interdit depuis l’affaire François Fillon en 2017. L’ex-premier ministre avait en 2007 fait engager sa propre femme au parlement pour des prestations invérifiables. Là est tout le problème des emplois familiaux, le contrôleur des prestations étant de la même famille que le contrôlé, on voit mal un politique licencier son parent pour prestations insuffisantes.

À Schaerbeek, le « clan » d’Isabelle Durant s’était à la même époque aussi fait connaître pour ses pratiques d’engagement de collaborateurs familiaux, payés par l’argent de la commune. Lorsque Isabelle Durant était chef de groupe Écolo à Schaerbeek, et responsable dans la désignation des échevins verts, l’une de ses filles, Marie Willame, avait été engagée au sein du cabinet de l’échevine schaerbeekoise Christine Smeysters (Écolo), durant la législature 2006–2012. Selon le journal La Capitale, Marie Willame, qui n’avait aucune expérience professionnelle, était devenue assistante de cabinet, sans passer par aucun appel à candidature. Les 42% de jeunes chercheurs d’emploi schaerbeekois apprécieront d’avoir l’impression qu’il faut être encarté dans un parti politique ou fille de bonne famille pour décrocher un emploi public à Schaerbeek.

Ironie de l’histoire, son père, Jean-Claude Willame, mari d’Isabelle Durant, criait à l’époque dans la presse au « clientélisme du Parti socialiste » qui menaçait Schaerbeek en 2006, quand en même temps, sa fille rentrait dans la vie professionnelle dans les cabinets Écolos mis en place par maman(2). Suite à cela, douze ans après, le mari d’Isabelle Durant manie toujours aussi bien l’insulte publique dès qu’on s’avise de critiquer Écolo, comme en témoigne ses commentaires sur facebook d’octobre 2018.

Chez Écolo Schaerbeek, des dynasties politiques existent aussi puisque Elise Willame, l’autre fille d’Isabelle Durant et de Jean-Claude Willame, est maintenant pressentie comme échevine Écolo à Auderghem.

APRÈS LA FILLE, LA NIÈCE…

Au CPAS de Schaerbeek et jusqu’ à 2016, Noémie Durant, la nièce de l’ex-ministre Écolo Isabelle Durant a travaillé comme cheffe de cabinet de la présidente (Dominique Decoux, Écolo). Mme Decoux ayant elle-même par le passé été cheffe de cabinet de la ministre Isabelle Durant.

Mme Decoux dément vivement tout favoritisme : « Sur 180 candidatures reçues, Noémie Durant était tout simplement la meilleure ». On peut se demander dès lors pourquoi, vu ses qualités exceptionnelles, celle-ci postule justement si près de sa tante Isabelle et pas à d’autres postes vacants ? L’obligation de déclaration des conflits d’intérêts visée dans l’arrêté royal du 14 juin 2007 pour les agents de l’État, a‑t-elle été respectée ?

Une fois au pouvoir devient-on subitement aveugle ? Novembre 2018, malgré ce passif, Écolo Schaerbeek s’apprête à ré-attribuer des mandats à la vieille garde d’Isabelle Durant, La co-présidente d’Écolo, prévenue de ces faits se mure toujours dans son silence. Faire monter une nouvelle génération d’Écolos au pouvoir ne semble donc pas la priorité dans la cité des ânes (surnom de Schaerbeek(3)).

Claude Archer, animateur de la plateforme Transparencia.be

  1. « Deux épines chez Écolo Schaerbeek », 18 juillet 2006, www.dhnet.be
  2. « Monsieur Durant n’aime pas Onkelinx », 14 octobre 2006, www.dhnet.be
  3. « Écolo Schaerbeek et Écolo Bruxelles désignent leurs échevins ce samedi », 19 octobre 2018, www.rtbf.be