LES MOTS QUI MENTENT

Illustré par :

On le sait, l’ouvrage fondateur de la publicité moderne est Propaganda, écrit par le neveu de Freud, Edward Bernays, qui a utilisé les découvertes de la psychologie des profondeurs de nos esprits pour mettre nos inconscients au service de la manipulation de foules destinées à devenir de dociles consommatrices compulsives. Le titre dit bien ce qu’il veut dire : on va mentir, un peu, beaucoup, passionnément... pour tromper le chaland. Tout bon séducteur (toute bonne séductrice) sait qu’il (elle) doit mentir à sa victime et utiliser des mots dévoyés de leur sens premier pour embobiner sa proie et la prendre dans ses rets. Voyons quelques exemples de ces détournements sémantiques qui (est-ce un hasard ?) sont utilisés tant dans la pub que par des politiciens retors.

LA FASCINATION TECHNO-SCIENTISTE

Puisque les illusoires promesses technocratiques sont le fonds de commerce de ceux qui veulent faire croire qu’une croissance infinie est possible, il n’est pas étonnant de retrouver des ...

Vous devez être abonné pour visualiser cette page.

Si vous êtes déjà abonné, veuillez-vous connecter.
Dans le cas contraire, abonnez-vous dès à présent.