LES FAKE NEWS NE SONT PAS L’APANAGE DES RÉSEAUX SOCIAUX

Illustré par :

Le texte qui suit a été proposé pour publication à La Libre Belgique, qui l’a refusé, pour des raisons d’équilibre éditorial [note]. Il a ensuite été proposé au Soir qui n’a pas pris la peine de répondre. Je profite donc de l’accueil qui m’est accordé régulièrement par Kairos pour le faire connaître. J’ai la faiblesse de croire qu’il est intéressant et … dérangeant.

Il est de bon ton de tourner en dérision les informations fantaisistes ou sans fondement qui pullulent sur les réseaux sociaux. Il est légitime de s’en indigner lorsque de fausses nouvelles (il est plus moderne de dire fake news) sont répandues dans le but de tromper ou de manipuler l’opinion publique.

Cela dit, il peut être tentant de qualifier de fake news (voire de propos conspirationnistes) des déclarations ou propos basés sur des faits vérifiables ou des études crédibles qui ont le tort de contredire le discours dominant. Certains journalistes ne résistent pas toujours à la tentation de recourir à l’amalgame pou...

Vous devez être abonné pour visualiser cette page.

Si vous êtes déjà abonné, veuillez-vous connecter.
Dans le cas contraire, abonnez-vous dès à présent.