La pub in-game

Difficile de ne parler que français quand on entre dans le monde des jeux vidéo. On s’adaptera et on vous traduira.

Vous pensez peut-être que l’industrie de l’entertainment (divertissement) c’est le cinéma ou la musique. Grosse erreur : ces deux secteurs généraient en 2019 des chiffres d’affaires de seulement 40,5 et 20,2 milliards $. Par contre, les jeux vidéo amenaient des recettes de 145 milliards $. Et, en 2020, les gamers (joueurs) confinés ont fait bondir le chiffre de 14% à 165 milliards $. Un tel marché ne pouvait que faire saliver les marques. Leur recours aux jeux vidéo est de plus en plus fréquent et se divise en deux pratiques : l’advergame qui est le fait de promouvoir la marque en créant un jeu dédié (Ikea, H&M) et l’in-game qui intègre la marque dans l’univers du jeu, l’équivalent du placement de produits dans les films ou séries télévisées.

Il serait erroné de croire que les jeux vidéo sont pratiqués seulement par des nerds (adolescents boutonneux passionnés ...

Vous devez être abonné pour visualiser cette page.

Si vous êtes déjà abonné, veuillez-vous connecter.
Dans le cas contraire, abonnez-vous dès à présent.