Humusation: les ravages d’une étude

Illustré par :

Louis Trouveroy

Il était une fois le Collège communal de Dinant, conscient des problèmes dans les cimetières, qui trouva évident, lors d’un entretien qui eut lieu le 4 juillet 2014, d’investiguer sur l’humusation des humains puisqu’elle fonctionnait déjà si bien sur tous les animaux. De fil en aiguille, une motion fut votée début 2017 par la Ville de Liège pour que la Wallonie finance des essais d’humusation sur des humains. C’est ainsi que le ministre Carlo di Antonio, préoccupé par l’extrême pollution provoquée par l’enterrement et même par l’incinération, octroya, en 2018, quelques 40.000€ à l’UCLouvain pour réaliser ces prometteuses expérimentations. 

Puis du conte de fées, nous sommes passés à la réalité : l’UCLouvain a unilatéralement décidé de réaliser les tests sur des porcs (et non plus sur des humains comme prévu), de maintenir à distance le Comité de Pilotage les experts de la Fondation Métamorphose[note] tout en y accueillant le principal représentant du lobby d...

Vous devez être abonné pour visualiser cette page.

Si vous êtes déjà abonné, veuillez-vous connecter.
Dans le cas contraire, abonnez-vous dès à présent.

Powered By MemberPress WooCommerce Plus Integration

Espace membre