Valse avec Tina

« There Is No Alternative ». Une formule choc, dont la maternité est attribuée à Margaret Thatcher. Une maxime qui lui servait, dans les années 1980, à rejeter toute critique visant ses idées néo-libérales dans une économie de marché. 

« TINA » : le fil d’Ariane de la communication « covidienne » du gouvernement. Un slogan politique, auquel les médias dominants offrent une formidable caisse de résonance, un effet amplificateur. Il ne s’agit plus de « penser » la société, de faire des choix, mais de suivre ses « lois naturelles », formulées par la technoscience. Son corollaire : discréditer, voire museler, toute parole dissidente. Bien désigner l’opposant. Au Moyen-Âge, honnis soient la sorcière, l’hérétique. Au XIXe siècle, le citoyen maudit était taxé de « socialiste ». Au XXe siècle, au temps du maccarthysme, il devenait « communiste ». Ensuite, ce sont les termes « poujadistes », « populistes », qui font office d’épouvantail politique. Aujourd’hui, l’insulte « complotiste »...

Vous devez être abonné pour visualiser cette page.

Si vous êtes déjà abonné, veuillez-vous connecter.
Dans le cas contraire, abonnez-vous dès à présent.