Tous sur le même bateau

Illustré par :

« …l’état de la planète est un problème et c’est le problème de tous.Nous y avons tous contribué à des degrés différents et il nous entraîne tous dans la même chute.[note] »Sandrine Aumercier

Poursuivons notre critique des lieux communs de la pensée écologiste avec celui-ci : dans ce monde en décomposition, nous ne serions pas « tous sur le même bateau », pour deux raisons. Primo, parce que les responsabilités sont historiquement différenciées, eu égard au Nord, premier émetteur des gaz à effet de serre, par rapport au Sud global qui, bien qu’innocent, paie aujourd’hui l’addition au prix fort. Secundo, parce que les capacités de résilience seraient-elles aussi différentes, le Nord possédant les moyens financiers et matériels de combattre les fléaux, mais pas le Sud. Et pourtant… Dans l’éditorial de Kairos n°43, j’avais déjà avancé l’idée que l’ardoise climatique est partagée de plus en plus « équitablement » entre le centre et la périphérie[note], en prenant l’exemple de l’Australi...

Vous devez être abonné pour visualiser cette page.

Si vous êtes déjà abonné, veuillez-vous connecter.
Dans le cas contraire, abonnez-vous dès à présent.

sit dictum porta. libero venenatis velit, mattis ut massa id ut sed