Philippe Goffin, Avrox et le clan Reynders

Philippe Goffin a été pendant une grosse partie de la pandémie, notre ministre des Affaires étrangères et de la Défense en affaires courantes. Il a été placé à ce poste par Didier Reynders qui après avoir échoué au Conseil de l’Europe, a été nommé au poste de commissaire européen à la Justice.

Sa nomination pour remplacer Reynders à ces postes clefs n’est évidemment pas le fruit du hasard. Le poste de ministre de la Défense est particulièrement intéressant lorsqu’on commande de nouveaux armements. Le Covid-19 va élargir encore ce pouvoir.

Les péripéties liées aux masques en Belgique

2018. La ministre Maggie Deblock fait détruire le stock stratégique de masques dont dispose la Belgique.

25 avril 2020. Sophie Wilmès annonce la distribution d’un masque par habitant avec des recharges sous forme de filtres. Ce dossier étant confié au ministre de la Justice, Koen Geens. Ce dernier commande 22 millions de filtres pour 7 millions d’euros.

Finalement, c’est le ministre de la Défense Philippe Goffin qui est chargé de commander des masques. Il n’est plus question d’utiliser le stock de filtres qui restera sans usage. Il choisit alors, à la stupéfaction générale, une société totalement inconnue pour la production de ce masque : la société Avrox.

En quoi est-ce que ce choix nuit-il aux intérêts du citoyen belge ?

  1. Les sociétés belges candidates au marché et par définition dans une situation commerciale difficile, se sont senties systématiquement écartées.
  2. L’objet social de la société luxembourgeoise Avrox est la location de voiture. De facto, on pouvait se poser des questions sur sa légitimité dans ce marché.
  3. La rapidité de livraison invoquée comme raison principale du choix d’Avrox n’a pas été respectée.(1).
  4. Le prix justifié par une livraison rapide non respectée était beaucoup plus important que celui des candidats belges.(2)
  5. L’actionnaire de référence d’Avrox est un certain Hamzeh Talhouni. Il s’agit d’un Jordanien ayant une adresse à Malte, une société holding dans les îles Caïmans. Il est connu pour avoir financé le terrorisme en payant des rentes aux familles des martyres du Hamas.
  6. Les masques se sont révélés dangereux : en effet, une première polémique a porté sur le fait qu’ils n’étaient pas lavables à haute température(3).
  7. La population n’a pas été chercher les masques stockés chez les pharmaciens.

Quelle est la réaction de la justice belge ?

Trois cadres de la société Avrox ont été arrêtés. Une instruction judiciaire est ouverte pour faux et usage de faux, escroquerie, blanchiment et entrave à la liberté des enchères.

C’est là que l’on a le sentiment que la justice se moque de nous : le ministre Goffin a tout fait pour donner le contrat à Avrox. Il a menti au parlement : une des conditions de l’octroi de l’appel d’offre était d’avoir déjà fourni au moins 250.000 masques à un autre client. « Avrox faisait état d’une commande d’un million de masques en 2020, mais restait discret sur le nom de l’acquéreur approvisionné. »(4).

Cette commande a en fait été passée par une société offshore basée à l’île Maurice. Selon toute vraisemblance, il s’agit d’un contrat bidon destiné à justifier le choix d’Avrox. Goffin va déclarer au Parlement que la référence d’Avrox est une vente à un autre État… Il va également prétendre que la Cour des comptes a estimé que la procédure était correcte, ce qui est faux(5).

Goffin est juriste de formation et a également étudié le notariat à Leuven, en flamand. Ce qui n’est pas courant pour quelqu’un de la région liégeoise. Il est donc parfaitement au courant des lois en application dans notre pays.

Pourquoi la corruption n’est-elle pas citée dans les préventions retenues à l’encontre des cadres d’Avrox ? Pourquoi Philippe Goffin n’est pas inquiété ?

Un livre écrit par la journaliste Philippe Engels vient de sortir à propos de Didier Reynders et de son entourage, auquel appartient Goffin. Il est intitulé « Le clan Reynders. » Il ne s’agit pas d’une enquête judiciaire, mais journalistique. Elle est accablante. Elle vient s’ajouter aux accusations de corruption portées par l’ancien CEO de la SNCB, Jo Cornu ainsi qu’à celles de l’ancien agent de la Sûreté de l’État Nicolas Ullens à l’encontre de notre commissaire européen à la Justice et de ses amis.

Le Belge est placide, mais il y a des limites. Il existe de nombreux indices de corruption dans ce dossier. Il s’agit d’un dossier très grave portant sur des faits survenus durant une des périodes les plus sombres de notre pays. Nous sommes en droit d’exiger la vérité et que justice soit faite.

Si la puissance de la mafia qui sévit autour de Reynders triomphe, on risque de voir une multiplication d’incident du type de celui de la révolte de Jürgen Conings.

  1. « Profil nébuleux : retard de livraison des masques… », 24 mai 2020, RTL5minutes.
  2. 15 millions de masques pour un coût de près de 32 millions d’euros. Voir « Masques achetés par la Belgique : la justice s’empare du dossier Avrox », Le Soir du 4 mai 2021.
  3. Condition nécessaire pour tuer le virus du Covid. Un deuxième scandale a éclaté lorsqu’il est apparu qu’ils contenaient des substances toxiques comme le nitrate d’argent et le dioxyde de titane. Voir « Substances potentiellement toxiques dans les masques Avrox … », 2 mars 2021, Https://bx1.be. 
  4. « Les masques Avrox, une escroquerie ? Trois personnes sous mandat d’arrêt », RTBF, 7 mai 2021.
  5. « Une fraude lors de l’achat de millions de masques par la Belgique ? La référence d’Avrox pose question », 7sur7, 4 janvier 2021.