article/
26 décembre 2020

Pas de questions, de doutes, pas de pensées hors-normes. Pas de démocratie ?

Le journalisme libre coûte cher.

Pour faire des articles, reportages, interviews, vidéos… Aidez-nous: abonnez-vous, abonnez la famille, les amis, parlez de nous, faites un don.

« Une conférence de presse n’est pas un lieu pour faire des déclarations politiques ». Mais une conférence de presse n’est surtout pas un lieu pour débattre, faut-il comprendre(1). Alors que les interrogations et les mécontentements pointent de toute part, ils semblent cependant avoir du mal à éclore sur la scène politique. De jeunes pousses qui peinent à crever un sol trop sec, une démocratie en manque de pluie.

Le vendredi 18 décembre, à l’occasion de la conférence de presse qui s’y tenait ce jour, Kairos fit encore des siennes. Rabroué durement comme un enfant trop insolent par le Premier ministre, le journaliste concerné et le journal furent tout autant malmenés le soir même et le lendemain dans les gazettes belges(2).

En plongeant le nez dans ces dernières, il est premièrement surprenant d’observer que les articles des journaux francophones sont des copies conformes les uns des autres. N’eussent été les quelques légers changements dans les termes ou le chapeau, c’est même un copié-collé, mot pour mot. Unique différence notable : dans les lignes de La Libre, le terme de « journaliste » est délibérément évité. On parle d’une personne travaillant pour Kairos, même d’un militant, mais on ne reconnaît aucunement à l’intervenant la qualité de journaliste. Une modification qui a été apportée après-coup.

Ces articles sont malheureusement fort incomplets, autre caractéristique des médias de grande distribution, et s’apparentent presque à de la presse à scandale. La question de la démocratie, pourtant au centre des questions du journaliste, n’apparaît pas, exception faite du journal flamand De Morgen. Ils se concluent tous sur cette délicate note d’humour du ministre : si vous voulez faire passer un message, lancez-vous dans la politique. Une prérogative uniquement réservée aux politiques, donc ?

Discrédit et silence

Autre point, la manière avec laquelle on “analyse” l’intervention du journaliste de Kairos dans ces quotidiens est, au minimum, franchement discutable. Le journaliste est jugé et affublé de qualificatifs totalement arbitraires… une honte pour la presse qui se veut (relativement) neutre et objective. Complotiste, militant, peu sérieux, il est présenté sous un jour plutôt sombre.

L’appel qui a été lancé contre cette censure n’a trouvé aucun écho ni chez les homologues médiatiques, ni auprès du syndicat des journalistes, pourtant censé faire rempart face à ce genre d’abus(3).

Le politiquement-incorrect de l’intéressé, Alexandre Penasse, pourrait certes être sujet à la critique, mais n’est en aucun cas irrecevable ou irrationnel, comme on nous invite à le penser. Que du contraire. C’est avec tristesse que nous observons leur silence face à l’injustice. Celle-ci, comme toutes les autres.

Il est tellement plus facile de critiquer un journaliste dissident qu’un gouvernement paternaliste, lorsqu’on lui a abandonné son indépendance. J’ose dire paternaliste, car l’infantilisation de la population sous les mesures Covid n’est plus à démontrer. Et elle est flagrante, ici, dans la réaction du Premier ministre. Le gouvernement n’aura jamais tort, semble-t-il dire, retournez jouer au complotiste. Il n’y a plus de place pour la nuance dans les discussions autour du virus. Il n’y a plus de place pour la discussion autour du virus que dans les masures des citoyens inciviques et criminels qui pourrissent le climat de douce obéissance à la belge.

Mais si le débat et la controverse sont pourtant légitimes, où donc pourront-ils avoir lieu ? Où en est la démocratie lorsque les décideurs clouent le bec à tout avis non conforme ? Lorsque, pleins de condescendance, ils n’hésitent plus à discréditer un journaliste de manière humiliante, indigne de leur position ? Lorsqu’ils affichent pleinement le caractère incontestable de leurs décisions ?Lorsqu’ils établissent, finalement, que les citoyens n’ont pas voix au chapitre ?

Démocratie. Le pouvoir au peuple. Il serait temps de réintégrer le concept au terme. Il serait temps de créer une réelle dimension de discussion et de concertation dans notre société. Un espace où journalistes, médecins, étudiants… tout un chacun pourrait poser ses questions, donner son avis,et proposer ses solutions sans se voir attribuer l’étiquette d’un vaurien lorsque sa réflexion n’alimente pas la norme.

Où la presse, en tant que déléguée du peuple, serait fidèle à sa mission.


Alice Magos
Auteure

Alice Magos
Auteure

ante. vulputate, suscipit Donec adipiscing Praesent sit

Que cherchez-vous ?

Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content
Search in posts
Search in pages
Filter by Categories
Caché Home
Kairos44
Kairos45
Kairos46
Kairos47
Kairos48
Kairos5G
Privé
Témoignages