Les low-tech à l’Université

UNE CYBER-ENQUÊTE DE L'INSPECTEUR ALEP

Illustré par :

Popularisée par Philippe Bihouix dans son best-seller L'âge des low-tech, l'idée chemine, en perdant au passage sa dimension politique et son contenu subversif. Désormais, ce sont les universitaires et les ingénieurs qui s'en emparent, et nous allons le voir, ce n'est pas une bonne nouvelle ! 

J’ai donc pu assister, depuis ma cuisine, au webinaire sur les low-tech organisé par l’université de Grenoble. Se sont succédé durant 2 heures les interventions de chercheurs, de salariés du low-tech lab et d’élèves ingénieurs. Il devient clair que cette mouvance, sur le modèle de celle du Logiciel Libre[note], tombe dans le même travers de solutionnisme, dans la confusion entre fins et moyens, et semble hypnotisée par son propre reflet. 

Du côté des universitaires et enseignants en école d’ingénieurs, le ton est immédiatement donné par l’usage répété du barbarisme « consomm’acteurs ». Nous sommes vite rassurés, les low-tech ne s’opposent pas au modèle industriel, elles sont comp...

Vous devez être abonné pour visualiser cette page.

Si vous êtes déjà abonné, veuillez-vous connecter.
Dans le cas contraire, abonnez-vous dès à présent.