Le grand tournant : décroissance ou despotisme oriental ? 

Illustré par :

Je m’intéresse à la critique de la société industrielle depuis les années 1970, à la décroissance depuis 2005. Comme toutes les personnes de ma génération, j’ai pu constater l’échec politique de ces mouvements, mais pas dans le même contexte. Nous pensions changer le monde dans les années 1970, or nous avons assisté à la victoire totale du capitalisme sur toute la planète, alors que le mouvement de la décroissance est né et s’est développé dans un capitalisme en crise. La décroissance existe bien, mais si faible ; pourtant, la crise écologique et sociale est certaine. Néanmoins, « nous ne croyons pas ce que nous savons » (Jean-Pierre Dupuy, 2004). Nous nous heurtons non seulement au mur des limites physiques de la Terre, mais d’abord aux limites de l’imaginaire. Cette situation risque de déboucher sur une techno-décroissance, une sorte de « despotisme asiatique ». 

Pascale Vanhal

1) L’ÉCHEC POLITIQUE DE LA DÉCROISSANCE 

Il est difficile de mesurer le progrès de la décroi...

Vous devez être abonné pour visualiser cette page.

Si vous êtes déjà abonné, veuillez-vous connecter.
Dans le cas contraire, abonnez-vous dès à présent.

Powered By MemberPress WooCommerce Plus Integration

Espace membre