article/
10 mars 2021

LE CONFINEMENT ET LA DÉCROISSANCE

Le journalisme libre coûte cher.

Pour faire des articles, reportages, interviews, vidéos… Aidez-nous: abonnez-vous, abonnez la famille, les amis, parlez de nous, faites un don.

Dans La peste, Albert Camus fait parler un prêtre, le père Paneloux. Celui-ci évoque la peste comme une « rédemption » , autrement dit une punition de Dieu, mais aussi une occasion d’être meilleur ; puis à la fin de son prêche, il fustige un chroniqueur marseillais parce qu’il pensait que la peste ayant frappé Marseille en 1720, tuant plus de la moitié de la population, c’était l’enfer, et uniquement cela. En fait, l’opposition n’est qu’apparente. Dans les deux cas, nous nous trouvons face à la même vision chrétienne, d’un côté l’occasion d’une rédemption, de l’autre l’enfer, il ne manque que le paradis. Mais pour nous les décroissants, cet épisode du confinement, s’agissait-il de rédemption, comme dans l’Apocalypse selon Saint-Jean, ou bien de l’enfer, ou mieux du Paradis, comme si nous avions presque atteint nos objectifs ? A-t-il apporté quelque chose de nouveau ?

Le confinement, ce fut premièrement une grande mobilisation sanitaire, mais ce n’est pas nouveau. Après l’accident d...

Vous devez être abonné pour visualiser cette page.

Si vous êtes déjà abonné, veuillez-vous connecter.
Dans le cas contraire, abonnez-vous dès à présent.


Jean-Luc Pasquinet
Auteur
Alex Mayo
Illustrateur

Alex Mayo
Illustrateur

ut at non eleifend suscipit Aenean consequat. ut tristique adipiscing

Que cherchez-vous ?

Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content
Search in posts
Search in pages
Filter by Categories
Caché Home
Kairos44
Kairos45
Kairos46
Kairos47
Kairos48
Kairos5G
Privé
Témoignages