La soumission et le néant ou le crépuscule de la vie

Le peu d’avenir que contient le temps où nous sommes[note] semble pouvoir se caractériser par la standardisation. Selon le dictionnaire, il s’agit « d’organiser la production industrielle en remplaçant la multitude des modèles existants par un certain nombre de modèles aux spécifications précises et uniformes ».[note] L’uniformité du modèle humain que nous rencontrons de nos jours pourrait se définir par une perte irrémédiable du discernement, de la sensibilité, de l’expérience et de la mémoire. 

La société marchande industrielle qui promettait le meilleur a fini par produire le pire. Les nuisances innombrables qui ont accompagné sa propagation ont rongé, peu à peu, à la fois les éléments naturels, les êtres vivants et la condition humaine, la robustesse de nos corps et de nos âmes. À l’heure de notre pauvre temps numérique, elle achève de façonner une sorte d’humain diminué, privé de ses sens, de son esprit et au corps atrophié et empoisonné. L’avènement de la cybernétique[note], ...

Vous devez être abonné pour visualiser cette page.

Si vous êtes déjà abonné, veuillez-vous connecter.
Dans le cas contraire, abonnez-vous dès à présent.