États et Marché plus que jamais unis dans la violence

ENTRETIEN AVEC FRANÇOIS CUSSET*

B. L. : Percevez-vous l’émergence de formes nouvelles ou inédites de la violence liées à la pandémie ? Ou bien n’est-ce qu’un recyclage de la violence endémique qu’a toujours connu la civilisation, un ancien vin dans un nouveau tonneau ? 

F. C. : Ces deux dernières années de pandémie sont largement inédites, y compris pour les violences variées qu’elles ont inaugurées : violence de la maladie et de sa diffusion à une échelle mondiale, violence socio-économique des conséquences du grand coup d’arrêt de 2020 pour les plus défavorisés, violence psychique rentrée des jeunes forcés de se confiner, violences domestiques redoublées, violence du chantage biopolitique à la vaccination et violence inverse du déni complotiste d’une maladie qui tue, violence de l’état d’exception sanitaire et médical, violence des pressions subies par les travailleurs pauvres et migrants requis pour nos fameux besoins « essentiels » et aussi par les personnels soignants, sur fond d’essorage néolibéral...

Vous devez être abonné pour visualiser cette page.

Si vous êtes déjà abonné, veuillez-vous connecter.
Dans le cas contraire, abonnez-vous dès à présent.

Powered By MemberPress WooCommerce Plus Integration

Espace membre