Est-ce que la grande muette part en sucette ?

En 2016, la Dernière Heure publiait les résultats de sondage selon lequel 81 % des Belges faisaient confiance dans leur armée. Il s’agissait de l’institution publique avec le plus gros capital-confiance. Après un été haut en couleur, il n’est pas certain que nos militaires emportent encore un score pareil(1).


Qu’est ce qui explique cette situation?

1) L’affaire Jurgen Conings


Que dire de cette affaire, si ce n’est qu’elle laisse un goût amer en bouche. En effet, on y retrouve un nombre considérable d’incidents et d’incongruités qui laisse songeur. Officiellement, un membre de nos forces armées envoie deux lettres de menace à l’encontre d’une dizaine de personnes (l’une à la police et l’autre à sa petite amie). Ces personnes sont, d’après les médias, le virologue Marc Van Ranst, la ministre de la défense Ludivine Dedonder, des supérieurs hiérarchiques de Conings ainsi que l’avocat de son ex-épouse. Dans ses courriers, il s’en prend aussi aux mosquées(2). Il disparaît dans la nature avec quatre lance-roquettes antichar LAW et des armes de petits calibres. 

Lance roquette de type LAW

Le problème est qu’il est fiché pour appartenance à l’extrême droite nationaliste flamande par la Sûreté de l’État depuis 6 ans, et comme potentiellement violent. De nombreuses alertes ne semblent pas avoir eu d’incidences sur la carrière de Conings(3). Il est même en mesure de se procurer sans le moindre contrôle les fameux lance-roquettes alors que sa fonction d’instructeur des troupes partant à l’étranger ne requière par d’utiliser ce type d’arme.

Bref, on peut se demander si le SGRS, le service de renseignement de l’armée, n’a pas fait preuve de complaisance à l’égard de Conings en le laissant avoir accès à des armes lourdes dans des fonctions parfois importantes (il a été, par exemple, MP en charge de la protection du Parlement et des représentants de la Nation.)


La réaction de l’armée semble ensuite totalement disproportionnée. Quand l’alerte est donnée, tous les excès sont autorisés : Les forces de l’ordre ne doivent plus respecter les règles relatives à la légitime défense. Plusieurs journaux font état de consignes de tir visant à tuer sans sommation et à vue(4). On fait appel à des renforts allemands, hollandais et luxembourgeois qui n’ont aucune compétence de police sur le territoire belge. Et l’armée belge va faire une gabegie de moyens lourds avec des hélicoptères (dont un NH-90) et des véhicules blindés. La facture officielle sera de 867.000 euros(5). Tout cela pour découvrir que Conings se serait suicidé dans les jours qui suivent le début des recherches alors que son corps n’est découvert que 35 jours après(6).


La découverte du corps met également mal à l’aise. Elle est faite par un bourgmestre libéral (Open VLD), proche du gouvernement, et un chasseur, dans une zone réputée inaccessible mais proche d’un chemin cycliste. Cette zone est « juste » à l’extérieur du périmètre de recherche de l’armée… Elle est invisible à cause des fougères. Alors que celles-ci sont minuscules au début de la chasse à l’homme.


Pire, de nombreux médias font état d’une fusillade inexpliquée au début des recherches(7). Si l’on rajoute à cela que la famille n’a pas le droit de voir le corps et qu’elle ne peut faire pratiquer une autopsie… La cerise sur le gâteau est probablement le constat du chasseur qui doute très fortement de l’hypothèse d’un suicide compte tenu de ce qu’il a vu (position du corps, blessures etc…).


Comment s’étonner alors qu’un véritable culte naisse sur les lieux de la découverte du corps de Conings(8)? On aurait voulu créer un héros pour la cause nationaliste flamande, impossible de faire mieux…

2) Les inondations de juillet 2021


Les 13, 14 et 15 juillet des inondations catastrophiques frappent principalement la Wallonie et font une quarantaine de morts. L’armée, dont une des premières missions est l’aide à la nation, va intervenir très tardivement pour secourir la population(9). Cédric Halin, le bourgmestre de Olne, vient encore de le confirmer : « Je n’en veux pas personnellement aux militaires mais on n’a vu aucun matériel sur le terrain avant une bonne dizaine de jours ».

Une étude poussée pourrait essayer de comprendre ce retard, en particulier pour une série d’unités bien placées comme le 12ème de ligne de Spa ou le 4ème Génie d’Amay. Cependant, nous avons décidé d’essayer de comprendre ce retard par rapport à l’intervention des hélicoptères NH-90 de la Composante Air. En effet, il s’agit d’appareils ultra-modernes réputés très efficaces dans ce genre de situation.


En particulier, la version NH-90 NFH en service dans la 40e Escadrille Search and Rescue basée à Coxyde dont le travail normal est le sauvetage en mer par tous les temps.

Les caractéristiques du NH-90 sont claires à ce sujet : « cet appareil possède une grande manœuvrabilité et agilité qui lui permettent d’assurer des missions de jour comme de nuit dans de très mauvaises conditions météo. » (https://fr.wikipedia.org/wiki/NHindustries_NH90)

La Belgique possède 4 exemplaires TTH basés à Beauvechain et 4 exemplaires NFH basé à Coxyde. En fait, les exemplaires TTH sont déjà très utiles car ils doivent pouvoir infiltrer des commandos derrière les lignes ennemies, donc a fortiori, ils sont capables de récupérer des victimes d’inondation dans la vallée de la Vesdre…

Ces petits bijoux ont un coût plus élevé à l’utilisation qu’un F‑16. Ils sont même les appareils volants les plus chers de la Défense. (15.000 euros/heures de vol.) Que font nos NH-90 pendant les inondations ? Pour rappel, elles commencent le 13 juillet. Un article publié par l’Avenir.net le 16 juillet 2021 (Intempéries : un premier hélicoptère de la Défense engagé, hier « le temps était trop mauvais pour intervenir »), nous donne quelques réponses : « Un hélicoptère NH90 de la Défense a décollé vendredi matin de Bierset (Liège) pour participer aux missions de sauvetage et d’évacuation dans les zones inondées où des personnes attendent encore les secours ». Kurt Verwilligen, porte-parole de la composante aérienne, l’a indiqué en matinée sur Radio 1 (VRT). La Défense le communique également via son site vendredi matin: l’hélicoptère est venu en aide à des personnes bloquées sur un toit à Pepinster (province de Liège).


Jeudi, les hélicoptères n’avaient pas pu être utilisés à cause des conditions météorologiques. Ce qu’avait confirmé la Défense jeudi soir dans son état des lieux de l’aide engagée. « Plusieurs hélicoptères de la Défense sont en stand-by pour des missions de sauvetage et d’évacuation dans la province de Liège, dont un hélicoptère de sauvetage NH90 NFH de la 40e Escadrille Search and Rescue de la base de Coxyde. Il est stationné avec son équipage à l’aéroport de Liège depuis jeudi matin », indiquait alors l’armée. C’est cet hélicoptère qui a finalement effectué sa première mission vendredi matin. Il y a aussi un hélicoptère de sauvetage de la protection civile française qui avait rejoint Liège jeudi. La météo limitait jeudi la visibilité, ce qui rendait dangereux de faire décoller les appareils. « Les lignes à haute tension sont indiquées sur les cartes mais pas, par exemple les grues de chantier, a expliqué le porte-parole vendredi. D’autres hélicoptères pourraient encore être engagés vendredi. Les militaires sont aussi à pied d’œuvre avec du personnel en nombre, des camions, des bateaux (dont plusieurs ont dû rentrer à la caserne jeudi car ils n’étaient pas assez puissants face au courant), des sacs de sable. La Belgique a fait appel au mécanisme européen de protection civile, ce qui lui permet de recevoir les offres d’aide d’autres pays. C’est dans ce cadre que la France a par exemple envoyé une équipe de dizaines de sapeurs-sauveteurs, et un hélicoptère de sauvetage ».


A partir de cet article, on peut se poser quelques questions :

  • Que font les 7 autres NH-90 de la Défense pendant ce temps et pourquoi ne sont-ils pas utilisés ?
  • Pourquoi leur faut-il trois jours pour être déployés ?
  • Pourquoi un hélicoptère français rejoint Bierset sans encombre mais ils ne savent pas rejoindre la vallée de la Vesdre ?
  • Pourquoi parler d’obstacles comme les grues de chantier par rapport à des NH-90 dont les équipages sont habitués et équipés pour travailler au milieu des éoliennes de la Mer du Nord et au-dessus des mats des bateaux en détresse, par tous les temps ?

Le sommet est atteint avec un article de la DH du 05.08.2021 dont le titre est :

« Les NH-90 de Beauvechain ont rempli leur mission : une vingtaine de véhicules extraits des eaux en région liégeoise ».

On aurait préféré qu’ils soient présents dans les heures suivant la catastrophe et qu’ils ramènent des gens avant qu’ils se noient…

3) L’Afghanistan


Deux axes posent problèmes :

  • Le coût de vingt ans d’opération: l’armée n’est pas responsable des missions qui lui sont confiées mais bien les politiques… C’est évident. Néanmoins, il faut se poser la question du coût de cette opération. Probablement la plus longue de l’histoire militaire belge à l’exclusion de la garde du secteur belge en Allemagne pendant la guerre froide. Si l’utilité de cette dernière n’est pas largement contestée, il est clair que l’aventure afghane ne semble avoir servi à rien compte tenu de la victoire totale des Talibans. Le patron de la Défense, l’amirale Michel Hofman, se félicite qu’il n’y ait pas eu de décès dans le contingent belge engagé en Afghanistan. Mais il reconnaît que le coût total du déploiement tourne autour de 400 à 500 millions d’euros(10). Inutile de dire qu’après la crise du Covid et les inondations de cet été, on aurait bien investi cet argent ailleurs… 
  • Le pont aérien et les 2.500 Afghans « rapatriés » en Belgique: moralement, il fallait protéger les collaborateurs de l’armée belge en leur permettant de quitter l’Afghanistan. Néanmoins, faire rentrer 2.500 Afghans sur le territoire belge constitue un risque important pour la population belge. En particulier, lorsqu’on voit comment le SGRS a géré l’affaire Jürgen Conings. Sachant également que les services français ont détecté des infiltrations dans la masse de réfugiés afghans amenés en France par le pont aérien(11).

4) D’importantes manœuvres en Ardennes au mois d’octobre


L’état-major a planifié d’importantes manœuvres en Ardennes pour début octobre. C’est un peu comme si après avoir eu le feu dans votre maison, on s’apercevait que vous aviez gardé de l’eau pour votre piscine, alors que celle-ci aurait pu éteindre le sinistre. Cela signifie que l’armée n’a pas donné le maximum dans l’aide aux victimes des inondations. Elle a volontairement conservé des moyens humains importants (des « hommes-jours ») pour aller jouer cow-boy/indiens dans les forêts ardennaises. C’est proprement scandaleux.

Conclusion


Il y a donc des questions à se poser. Alors que l’armée belge, soutenue par des troupes étrangères, mettaient toute son énergie à traquer Jurgen Conings, dont les circonstances de la mort sont pour le moins étranges, elle ne mettra pas autant de zèle pour venir en aide aux sinistrés des inondations, peu de temps après. Rapatriée d’Afghanistan durant l’été, il est par ailleurs légitime de se demander à quoi tout cela a servi et, comme souvent, déplorer cet énorme gaspillage d’argent, argent qui serait bien utile ailleurs. 

Si l’armée belge a toujours été assez appréciée par le peuple belge, il ne faudrait pas que ses dirigeants changent cette situation. A moins que certains politiciens cherchent volontairement à casser ce lien qui lie notre armée avec le peuple. Comme ils ne sont plus à ça prêt…

  1. https://www.dhnet.be/actu/belgique/81-des-belges-font-confiance-a-leur-armee-5862c631cd70138bd4256f08)
  2. « Marc Van Ranst n’est pas la seule cible de Jürgen Conings… » dans Sudinfo du 31-05-2021
  3. « Jürgen Conings était dans le collimateur des services de renseignement depuis six ans. » information RTBF du 26.05.2021
  4. « Speciale eenheden hebben toestemming om Jürgen Conings te doden : « In de benen schieten, dat is iets voor de films. »» GVA, 20.05.2021
  5. « La ministre de la Défense annonce une refonte totale des services de renseignement militaires. » Le Soir du 05.07.2021
  6. « Affaire Jürgen Congings : son podomètre révèle un suicide « plus que probable » dans les premiers jours. » Le Soir, 24.082021
  7. « Chasse de Jurgen Conings : des coups de feu ont été entendus dans le parc national Hoge Kempen, les forces de l’ordre mobilisées en nombre. » Sudinfo, 20.05.2021
  8. « L’endroit où l’on a retrouvé Jürgen Conings est devenu un lieu de pélérinage… » 7SUR7, 06.09.2021
  9. « Visite du Roi aux sinistrés des inondations… » RTBF, 15.09.2021
  10. « L’armée boucle 19 d’opérations en Afghanistan. » Le Soir du 09.06.2021
  11. https://www.liberation.fr/societe/police-justice/liens-avec-les-talibans-des-rapatries-dafghanistan-scrutes-par-la-dgsi-20210826_VJV74WJOQ5APHLL5OD2C3BARDE/