De quoi Kairos est-il le nom ?

Illustré par :

1. Kairos, crise et liberté 

On s’en souvient, le kairos renvoie — au moins depuis Homère — à l’occasion propice, au moment favorable. Il n’est donc pas étonnant qu’il soit très souvent mis en réseau avec la krisis, qui nomme la crise, c’est-à-dire le moment décisif, le moment de vulnérabilité d’un individu, ou d’une communauté, lors duquel tout se joue, la certitude du meilleur comme la possibilité du pire. Le lien avec la question de la liberté est immédiat : le moment kairique est toujours critique, et il peut être envisagé comme celui du saut dans le vide des futurs qui n’existent pas encore. Ce moment peut être angoissant, car il implique que les chaînes causales passées soient brisées, alors même que les conséquences futures ne sont pas assignables (S. Kierkegaard avant H. Bergson et A. N. Whitehead). En somme, si la liberté est bien la première des sécurités, les destinées individuelles et collectives sont toujours en devenir et en dédevenir, comme l’écrirait Maître...

Vous devez être abonné pour visualiser cette page.

Si vous êtes déjà abonné, veuillez-vous connecter.
Dans le cas contraire, abonnez-vous dès à présent.

LE JOURNALISME LIBRE COÛTE CHER.

Pour faire des articles, reportages, interviews, vidéos… Aidez-nous: abonnez-vous, abonnez la famille, les amis, parlez de nous, faites un don.

À lire ensuite

Powered By MemberPress WooCommerce Plus Integration

Espace membre