Cordon sanitaire et strangulation

« Si les sociétés démocratiques aujourd’hui (ou ce qu’il en reste) ne sont pas tant menacées par le caractère totalisant de la contrainte idéologique que par le risque d’une indifférenciation généralisée des croyances, des pratiques et des expériences, reste que le “monde” fictif qui se dessine avec l’émergence de la post-vérité travaille à la ruine de la faculté de juger, cette faculté qui nous permet à la fois de différencier et d’organiser le réel et de configurer le “commun” en partageant nos expériences sensibles. »[note]Myriam Revault d’Allonnes 

Une particularité de la politique belge — au départ flamande — est d’avoir inventé la notion de cordon sanitaire, comme une prémonition, avant même toute survenue d’une épidémie ! Il s’agissait, au moyen de cet accord sans force de loi, de se prémunir contre la « peste brune » dont la percée électorale, à partir de 1989, menaçait de rompre les équilibres politiques acquis[note]. Elle se décline en deux volets : politique et médiatiqu...

Vous devez être abonné pour visualiser cette page.

Si vous êtes déjà abonné, veuillez-vous connecter.
Dans le cas contraire, abonnez-vous dès à présent.

LE JOURNALISME LIBRE COÛTE CHER.

Pour faire des articles, reportages, interviews, vidéos… Aidez-nous: abonnez-vous, abonnez la famille, les amis, parlez de nous, faites un don.

À lire ensuite

Powered By MemberPress WooCommerce Plus Integration

Espace membre