« BRISER LES CERCLES VICIEUX »

INTERVIEW D'OLIVIER DE SCHUTTER

Illustré par :

Robin Delobel Les discours du président Macron et du G20, prônant l’annulation massive des dettes africaines et le changement de système, sont-ils crédibles ?

Olivier De Schutter Déjà avant la crise pandémique du Covid19, la dette des pays en développement atteignait des niveaux record : pour l’ensemble des 134 pays en développement, la dette publique représentait 193% de leur PIB au total. Or, en raison de la fuite massive des capitaux que les pays en développement ont connue depuis le début de la crise, le poids de la dette de ces pays a encore augmenté, car ces dettes sont libellées dans des devises fortes (le dollar US, l’euro ou le yen), or les fuites de capitaux ont conduit à une dévaluation des monnaies nationales des pays débiteurs. Cela rend encore plus urgente l’annulation des dettes, notamment pour les pays pauvres fortement endettés qui déboursent des montants considérables pour faire face au choc. Dans ce contexte, la suspension des paiements des intérêts de la dette a...

Vous devez être abonné pour visualiser cette page.

Si vous êtes déjà abonné, veuillez-vous connecter.
Dans le cas contraire, abonnez-vous dès à présent.

ipsum dictum suscipit felis massa ut quis, eget Curabitur diam sem, fringilla