vle/
19 octobre 2018

Mayak, revue-livre

Le journalisme libre coûte cher.

Pour faire des articles, reportages, interviews, vidéos… Aidez-nous: abonnez-vous, abonnez la famille, les amis, parlez de nous, faites un don.

« …j’ai la conviction que l’idée de décroissance ne fera son chemin dans les esprits qu’avec le recours à une perception poétique de la réalité. … La poésie est, dans le métier du langage propre aux poètes, comme dans l’ouverture sensible de l’esprit à la portée de chacun, le seul exercice susceptible d’éclairer crûment le néant, le malheur, l’illusion et le désespoir pour nous offrir une autre manière d’évoquer la réalité et qui lui restitue la puissance d’attraction et d’interrogation sans lesquelles ce qui semblait ne pas être peut devenir. La poésie est la matrice de la vie future  » écrit Jean-Claude Besson-Girard dans Decrescendo Cantabile. Petit manuel pour une décroissance harmonique (Lyon, Paragon, 2005, p. 31). si J.-C. Besson-girard a raison, ce que nous croyons, il y a là une excellente raison de lire Mayak.

Tous les six mois paraît un numéro de cette « revue-livre de culture vivifiante ( !), solitude fertile (…), société possible ( ?) ». C’est à notre connaissance la seule revue-livre de l’univers qui parvient en environ 170 pages à offrir une telle vue sur ce monde qui est là (encore !) et qui ressemble dans ses nombreux interstices fichtrement à un monde du genre de ceux qui nourrissent les espérances de l’objection de croissance. Vous trouverez d’ailleurs des pages inattendues sur la décroissance dans le numéro 5. Le sixième opus parcourt le monde en tous sens et de droite à gauche, de bas en haut, de silences en musiques (MAYAK 6 est accompagné d’un disque de Steve Houben joué pour l’occasion), de noir, de blanc, de couleurs. Nous manquons de place pour vous expliquer comment passer de la visite graphique d’une caravane à la permaculture bénédictine au Katanga. Des sciences chinoises du XVIe siècle à l’esprit des ordures vu de Prague. De l’objection de croissance d’Aminata Traoré au Mali aux jardins des fraternités ouvrières à Mouscron, puis à la musicothérapie, notamment.

Mayak est une revue-livre créatrice d’harmonies dont la lecture peut procurer un sentiment mêlé de sérénité, de beauté, de surprise. Mayak est à part, d’une « merveilleuse beauté » comme aurait pu le dire l’autre. il doit exister un envoûtement Mayak.

Mayak, revue-livre reliée au site multimédia www.mayak.be, est édité par l’association groupe esthétique !

Pour soutenir Mayak, abonnez-vous ! (Belgique – 35 euros, Etranger – 40 euros envoi compris) à verser sur le compte IBAN BE29 5230 8021 7964.

info@mayak.be
Tél. : 00 32 (0) 68/44 84 72

Librairies où trouver MAYAK :
Bruxelles : Tropismes, 100 papiers, Filigranes, Libris-Agora Louise, Quartiers latins
Louvain-la-neuve : Agora-Libris
Namur : Point virgule, Papyrus
Liège : Entre-temps (asbl Barricade), Pax, Livres au trésor, le Comptoir, la Carotte
Nivelles : la Compagnie des mots
Boitsfort : ABAO (rue Middelbourg)
et l’une ou l’autre librairie à tournai.

JBG


JBG
Auteur

JBG
Auteur

Recevez notre lettre d'information

Curabitur Aliquam ultricies mattis non nec