Contribution extérieure

Persuadé ou convaincu ?

Selon Hannah Arendt (1906–1975), politologue, philosophe et journaliste, les régimes totalitaires prennent le contrôle de la population en les noyant dans un océan d’informations contradictoires jusqu’à ce qu’ils n’aient plus aucun moyen de démêler le vrai du faux, une analyse utile pour comprendre le contexte actuel.(1)

Sous le régime nazi, le citoyen ne savait jamais ce qu’il adviendrait le lendemain, et encore moins dans plusieurs mois. La propagande gouvernementale ne consistait pas à simplement mentir aux gens en présentant une seule version “officielle” des faits dans les journaux contrôlés par ce même gouvernement, car celle-ci aurait alors pu être aisément critiquée.

En réalité, la manipulation était plus aboutie et nettement plus efficace.

La dissonance cognitive

Pour empêcher véritablement tout débat et toute initiative afin que les citoyens se découragent totalement, qu’ils cessent d’essayer de comprendre et qu’ils perdent tout moyen d’agir, les médias subsidiés et entièrement contrôlés les plaçaient sous un déluge continu d’informations incohérentes, mêlant le vrai et le faux jusqu’à ce que plus personne ne puisse savoir de bonne foi ce qu’il fallait penser. Les citoyens atteignent alors le stade ultime de la dissonance cognitive.(2)

Pour parvenir à cette confusion, les autorités ne parlaient plus d’une seule voix, mais au contraire via des canaux différents, bien entendu tous contrôlés par ladite autorité. Il était ainsi impossible de savoir lequel rapportait la réalité.

C’est exactement ce qui a été mis en place aujourd’hui en seulement 18 mois, mais cette fois au niveau planétaire, ceci d’une part grâce au Covid 19 (qui aurait pu s’appeler Covid 1984(3)), mais aussi grâce à Internet sans lequel les milliers d’informations contradictoires n’auraient pas pu circuler aussi rapidement. Ainsi une réelle tension mêlée de lassitude s’est installée dans la population.

Internet fait circuler le meilleur comme le pire et “l’opposition contrôlée” existe aussi dans ce domaine. En effet des organes pilotés par le gouvernement produisent des documents le mettant lui-même en cause, mais en y introduisant volontairement des données erronées facilement vérifiables. Ceci permet aux médias “officiels” et subsidiés de décrédibiliser toutes les pensées déviantes en les noyant dans un amalgame mêlant le vrai et le faux. En référence à ce qui précède, il est intéressant de relire une publication du Point le 7 juillet 2017(4). Aujourd’hui en France, Le parti LREM infiltre les forums de tous les médias avec des “Trolls” chargés de contrer les messages considérés comme déviants et complotistes, osant ainsi mettre en doute la parole officielle.

Vous n’êtes ni fautif ni stupide si vous ne comprenez plus rien, car vous êtes ballotté entre les amis, les voisins, certains membres de votre famille, les journalistes, les blogueurs ou encore les “youtubeurs” qui ont tous des opinions qui semblent valables et crédibles tout en étant incompatibles les unes avec les autres.

Pourtant, les véritables informations, les chiffres incontestables, les statistiques vérifiables et officielles sont disponibles et accessibles à tous ceux qui veulent s’en donner la peine afin de ne pas être victime de cette manipulation mondiale démesurée, mais il faut beaucoup de volonté pour résister au lavage de cerveau permanent depuis maintenant 18 mois.

Persuadé ou convaincu ?

Aujourd’hui, on assiste à une confrontation entre le camp des “persuadés” et celui des “convaincus”. Bon nombre d’entre vous pensent qu’il s’agit de deux synonymes, mais ce n’est pas du tout le cas.

Convaincre et persuader sont deux démarches d’argumentation très différentes. Convaincre fait appel à des arguments, des preuves, des faits, et sollicite donc le raisonnement et la raison, tandis que persuader fait appel aux sentiments, à la peur (surtout), à la culpabilité et sollicite ainsi l’émotion comme unique facteur de décision(5). D’ailleurs, par analogie, on dit d’une personne qui est condamnée pour un crime ou un délit qu’elle est “convaincue” du délit (crime, vol, etc..) car sa condamnation est l’issue de l’analyse de preuves et non pas d’impressions subjectives non confirmées par des faits concrets.Le gourou d’une secte utilise la persuasion pour envoûter ses adeptes. Une fois persuadé de ce que le gourou lui a inculqué, il sera difficile, voire presque impossible, de “convaincre” l’adepte qu’il a fait fausse route. Le retour à la normale et à la raison nécessitera une thérapie et une aide de tous les instants, ceci en le maintenant surtout hors d’atteinte du gourou.

À présent, remplacez les mots “gourou, secte, adeptes, informations” par “ministre, gouvernement, citoyen, médias officiels subsidiés” et vous obtenez exactement le contexte actuel. C’est tout cela qui a causé la dramatique fracture sociale qui tend à s’aggraver. Les persuadés étant aujourd’hui beaucoup plus nombreux que les convaincus, l’État totalitaire utilise les premiers en les incitant à persuader les seconds, ceci par tous les moyens mêmes les plus méprisables, c’est à peu de choses près le cumul des expériences de Milgram(6) et de Asch(7). à l’échelle d’une population

Certains résistent et résisteront jusqu’au bout, mais d’autres, par lassitude, nécessité vitale, apaisement au sein de la famille, et autres raisons (qui n’ont pas toutes leurs raisons), finissent par lâcher prise et à rejoindre le camp des persuadés, alors que dans le fond ils ne le sont pas du tout. Aujourd’hui les médias étatisés étalent leur joie en titrant entre autres que l’instauration du Covid Safe Ticket (ou laissez-passer sanitaire en français) a “convaincu” des milliers de non vaccinés à prendre rendez-vous au plus vite pour se faire injecter ce produit(8).

Ont-ils été “convaincus” ? Non… “persuadés”, car on a fait appel non pas à leur raison et leur conviction, mais à leur désir bien compréhensible de ne pas se retrouver coupés de la “vie normale” (pour autant que ce terme ait encore un sens aujourd’hui), il s’agit bien d’un chantage au crédit social encore pire que celui de la Chine(9).

Le Pouvoir culpabilise les non-vaccinés en faisant appel à leur sens civique, même à l’amour de leur prochain pour certains(10). Pire, il rend les non-vaccinés responsables de la situation de coercition(11), ceci avec des arguments fallacieux et des chiffres trafiqués pour la cause, inoculant en même temps que le vaccin une véritable haine à l’encontre de ceux qui refusent de suivre la doxa.

Convaincre les persuadés

Quant à deviner où et quand s’arrêtera cette marche forcée vers ce nouveau monde, ce nouveau paradigme, cette dystopie, nul ne peut le prévoir avec certitude. Une chose est certaine, tous ceux qui sont convaincus que cette farce tragique a assez duré doivent mettre toute leur énergie à faire changer d’avis ceux qui peuvent encore être convaincus, c’est la dernière et seule chance qu’il reste pour espérer inverser le cours des choses.

Faisons appel aux mêmes nobles intentions afin que les persuadés égarés puissent être convaincus, même si c’est souvent compliqué, les réactions étant fréquemment assorties de violence verbale, mais ne rien faire et ne rien tenter, alors que nous sommes tous dans le même bateau en train de couler, ce n’est pas non plus une solution.

La résistance avec conviction reste le dernier rempart, aidez-le à tenir debout.

Serge Van Cutsem

Powered By MemberPress WooCommerce Plus Integration

Espace membre