Le mythe de l’obligation vaccinale pour « le bien de tous »

Depuis maintenant presque un an et demi, les mesures politiques pour, selon les dires de ceux qui les prennent, lutter contre le covid, ne supportent aucune contradiction. 

La conférence de presse du lundi 19 juillet n’a donc pas plus d’authenticité à nos yeux que les autres : « cas » calculés sur des tests PCR faussant les résultats ; cas non mis en relation avec le nombres de tests réalisés, d’où l’impossibilité de mesurer l’augmentation relative ; données permettant de différencier vaccinés et non-vaccinés absentes; « non-obligation » dans un contexte de propagande vaccinale, de stigmatisation et de pression sans précédent poussant à l’obligation ; absence de débats sur les effets secondaires et mortalité post-vaccination… 

Il y a depuis le début comme cette impression que tout est fait pour nous mener vers une seule et même solution. D’ailleurs, s’ils voulaient le bien de tous, il y a longtemps qu’on le saurait, non?