Le jour où Huntington sonna le glas de la fin de l’Histoire

Illustré par :

Si un historien du futur devait se pencher sur les livres qui ont le plus profondément influencé la fin du XXe et le début du XXIe siècle, peut-être choisirait-il La Fin de l’histoire ou le Dernier Homme de Francis Fukuyama (1992) et Le choc des civilisations de Samuel Huntington (1996). Plus d’un quart de siècle après leurs parutions respectives, ces deux essais emblématiques de la période charnière qui s’étend de la fin de l’Union soviétique au 11 septembre 2001 et au-delà ont durablement polarisé le débat et continuent de susciter commentaires et controverses passionnés. 

Ce n’est sans doute pas un hasard si, dans un chapitre de son dernier ouvrage, Autodafés[note], Michel Onfray dresse un parallèle entre ces deux livres et confronte, en une sorte de match rétrospectif, à la fois leurs contenus intrinsèques et leurs potentiels prédictifs. Une relecture en parallèle de ces deux ouvrages qui, ironie supplémentaire, sont ceux d’un professeur de Harvard (Huntington) et de son a...

Vous devez être abonné pour visualiser cette page.

Si vous êtes déjà abonné, veuillez-vous connecter.
Dans le cas contraire, abonnez-vous dès à présent.

Powered By MemberPress WooCommerce Plus Integration