J’ai demandé à la Lunt…

Ou comment le capitalisme du désastre investit pour un « nouveau monde »

Dans le marasme ambiant, on voit des individus, qui s’accommodaient du monde d’avant ou même trouvaient dans son fonctionnement leurs plus grands intérêts, proposer maintenant leurs solutions pour « tout changer ». Aux accents parfois révolutionnaires, ces promoteurs, souvent issus du monde de la finance, investissent dans le secteur philanthropique et soutiennent un ensemble d’activités, du Yoga aux médias alternatifs, en passant par le « développement durable », « l’aide financière aux populations ou aux individus en situation difficile », ou encore le « journalisme constructif ». En creusant pourtant, on retrouve souvent les mêmes qui tirent les ficelles, dont l’omniprésente Fondation Bill & Melinda Gates. Ceux qui distribuent l’argent ne seraient-il pas ces nouveaux chevaliers de l’apocalypse déguisés en sauveurs omnipotents qui feignent de faire autre chose qu’avant, alors qu’ils s’inscrivent dans la ...

Vous devez être abonné pour visualiser cette page.

Si vous êtes déjà abonné, veuillez-vous connecter.
Dans le cas contraire, abonnez-vous dès à présent.

LE JOURNALISME LIBRE COÛTE CHER.

Pour faire des articles, reportages, interviews, vidéos… Aidez-nous: abonnez-vous, abonnez la famille, les amis, parlez de nous, faites un don.

À lire ensuite

Powered By MemberPress WooCommerce Plus Integration

Espace membre