Histoire de Codeco n°13

Conférence de presse du 4 juin 2021

611 jours depuis la conférence de presse du 15 avril 2020, où nous introduisions dans la salle « une question biaisée politiquement », ce qui « n’est pas l’habitude des journalistes », dixit Sophie Wilmès. L’habitude des journalistes, c’est en effet de poser les questions que les politiciens attendent et de commenter leurs décisions, plutôt de chercher la vérité. Pas question de déranger, les médias de masse ne jouent aucunement le rôle de 4ème pouvoir, mais s’emploient à fabriquer le consentement. N’étant pas adepte de ces collusions, le pouvoir politique nous fermera les portes des conférences de presse pendant plus de huit mois. C’était sans compter sur notre détermination…

Tous les lundis, mercredis et vendredis, Kairos publiera les 17 conférences de presse auxquelles nous avons assisté. Plus de 20 questions restées sans réponse. En face, pas de doutes, de questionnements, de volonté de comprendre, mais une fin fixée, rigide, qui justifie tous leurs moyens.

Imaginez un seul instant si toutes ces questions avaient été débattues démocratiquement. Pensez-vous que nous en serions là aujourd’hui ?

Retranscription:

-Alexandre Penasse : Bonsoir M. De Croo, Kairos Presse. Vous m’avez dit lors de la conférence de presse du 11 mai dernier : « Si vous voulez faire un exposé quelque part, vous louez une salle, vous invitez du public, on viendra vous écouter. » J’ai tenu compte de votre proposition, j’ai loué une salle, invité sept intervenants du monde médical et scientifique qu’on a très peu entendu dans les médias dominants. J’ai aussi contacté les experts du gouvernement, ils ne m’ont pas répondu ou m’ont dit non. Je vous ai envoyé un mail pour vous demander si vous serez présent lors de ce débat, qui aura lieu le 10 juin. Vous ne m’avez pas encore répondu, est-ce que vous viendrez ?

-Alexander De Croo : Je sais pas monsieur, je n’ai pas vu votre invitation. On vous répondra, ce n’est pas le but de la conférence de presse, de répondre à des idées ici…

-AP : Mais vous m’avez parlé d’un débat, c’est pour ça que l’on fait un débat avec sept scientifiques.

-ADC : Monsieur, je ne peux pas réagir par rapport à quelque chose que je n’ai pas lu.

Powered By MemberPress WooCommerce Plus Integration