Faire semblant d’écouter les citoyens est pire que les ignorer

Communiqué de presse du collectif Stop5G.be

Le dossier du déploiement de la 5G consacre le divorce total entre les citoyens et les décideurs politiques. Depuis plus de 2 ans, le Collectif stop5G.be met tout en œuvre pour sensibiliser la population de notre pays aux conséquences inéluctables et dramatiques du déploiement de la 5G.

Utilisant tous les moyens démocratiques pour faire valoir ses arguments, le Collectif a accepté sans grande illusion de participer au processus participatif mis en place par le gouvernement de la Région bruxelloise. Ce processus a donné l’illusion à 45 citoyens sélectionnés qu’ils pouvaient peser sur les décisions politiques. En fait, il s’est avéré que ni le principe du déploiement de la 5G ni les valeurs limites d’exposition aux rayonnements n’étaient réellement mis en discussion. En clair, seuls quelques aménagements aux projets d’installation d’antennes seront pris en considération. Il s’agit manifestement d’un enfumage pseudodémocratique où les citoyens sont utilisés pour cautionner un projet inutile socialement et écologiquement destructeur.

En Région wallonne, le gouvernement a pris soin de demander à un groupe d’experts de procéder à une étude d’impact préalable, prenant en considération les différents aspects jugés pertinents : économie, emploi, énergie, environnement, santé. Le choix de ces experts était évidemment capital pour garantir le sérieux de cette étude. En ce qui concerne la santé, les trois experts désignés ont manifestement été choisis pour leurs prises de position préalables favorables à la vision des milieux industriels. Selon eux, les effets non thermiques des rayonnements non ionisants n’auraient aucun effet sur la santé. Sans surprise, au moins deux des trois experts ont considéré que le déploiement de la 5G ne pose aucun problème de santé publique.

Or, ce paradigme « thermique » est remis en cause depuis de nombreuses années par des milliers d’études et par une écrasante majorité de scientifiques indépendants des milieux industriels (y compris par le Conseil Supérieur de la Santé de Belgique).

Le Collectif stop5G.be a estimé utile de proposer aux parlementaires wallons d’entendre un de ces experts indépendants, internationalement reconnus, le professeur Paul Héroux de l’Université McGill de Montréal (professeur de toxicologie et des effets de l’électromagnétisme sur la santé à la Faculté de médecine).

Le Collectif a initié une pétition à ce sujet, laquelle a recueilli près de 4.000 signatures en un temps record. Cette pétition a été logiquement acceptée par le Parlement wallon puisque parfaitement conforme au règlement en vigueur.

La Commission de l’environnement du Parlement wallon, après avoir entendu l’argumentaire des pétitionnaires, a refusé par 6 voix contre 2 (PTB et CDH) d’entendre le professeur Héroux, s’alignant ainsi, sans état d’âme, sur l’avis de la ministre de l’Environnement, ladite ministre estimant que le groupe d’experts était équilibré et jugeant cette audition superflue.

Les citoyens apprécieront à sa juste valeur cette attitude méprisante à l’égard d’une demande portée par des milliers de citoyens.

Comment s’étonner dès lors de voir monter la désaffection de la population pour des partis politiques incompétents qui confisquent les débats tout en feignant de vouloir la participation citoyenne.

Ces deux épisodes ont démontré que les petites ouvertures permettant aux citoyens de s’exprimer ne peuvent modifier qu’à la marge les compromis négociés entre partis par-dessus leurs têtes. En ne leur concédant que des interventions cosmétiques, les partis contribuent à miner en profondeur la démocratie.

Imprimer (PDF)

Contact

  • Paul Lannoye, 081 44 53 64
  • Colette Devillers, 02 772 86 80
  • Francis Leboutte, 04 388 39 19