Contribution extérieure

Derrière le rideau de fumée médiatique

Derrière le rideau de fumée médiatique, il y a la réalité de ce que les gens vivent : résultats contradictoires, pressions, menaces, incohérences. De nombreux témoignages nous parviennent, dont les deux qui suivent. Après ceux-ci, nous pourrons lire les nouveaux diktats de la Région de Bruxelles-Capitale qui interdit désormais les activités sportives en intérieur ou extérieur sans Covid Safe Ticket. Ségrégation, contrôle généralisé, culpabilisation. Ce que nous vivons est inédit. Mais « vous avez le choix », n’est-ce pas?

Positif par-ci, négatif par là

« Vendredi 03 septembre, je me rends chez une copine qui travaille pour XXXX afin de faire un test PCR, car je dois me rendre samedi au Luxembourg pour un festival qui exige le pass sanitaire. Ma copine, qui partage nos analyses sur la situation actuelle, me fait un test bidon ( elle me frotte le machin dans la nuque et pas dans le nez ) ; elle fait pareil avec mon copain. Le lendemain, on apprend les résultats : mon copain est négatif et moi je suis hautement positive… Le samedi, je reçois un coup de fil de Bruxelles, je ne décroche pas dans un premier temps vu que je compte bien aller au Luxembourg, car on m’avait dit qu’il était possible là-bas de faire des auto-tests. Je laisse donc mon téléphone à la maison afin que personne ne sache que je suis partie. Une fois arrivée sur place : auto-test négatif bien évidemment. Le soir nous rentrons : 20 appels en absence ! Et le lendemain, rebelote… je ne décroche pas (c’était le centre de traçage). Une fois que je les ai finalement en ligne, je m’énerve sur eux et leur dis que ces tests ne sont pas fiables pour un bal, malheureusement pour ne pas faire de tort à mon amie, je garde le silence. Ils me menacent et me disent que je suis en quarantaine ainsi que C. Je ne me laisse pas faire : hier je suis allée faire un test PCR chez mon amie et ce matin : résultat négatif. J’en ai marre de me terrer dans le silence. C’était juste si horrible ce harcèlement que j’en ai développé en quelques jours un exéma au pied. Je souligne que je n’ai jamais eu de problèmes de peau avant ça… Cette torture psychique est horrible, surtout quand on ne peut en parler à personne officiellement ».

J’en ai marre de me terrer dans le silence

Monsieur, bonjour,


Suite à notre petite discussion de ce samedi, je vous envoie les infos concernant les PCR payés à GOLAZO SPORTS BERINGEN(1). Une amie a eu la même blague que moi. Montant : 41€…


J’ai écrit à 4 reprises au Covid Pacheco (là où nous avons fait nos tests) pour demander le remboursement. Je n’ai pas eu de réponses aux 2 premiers mails. La 3e fois je leur ai demandé à qui je devais faire remonter l’information. Là on me répond que ce n’est pas remboursable.
4e mail : on me dit que par mail ce n’est plus possible de répondre et on me téléphone. J’ai raté l’appel. Je n’ai pas rappelé. Je sais que je ne récupérerai pas les 2x 41 € de tests, mais comme le procédé n’est pas correct, et puis le
nom de la société sur la facture… Cela m’interpelle : Golazo Sports Beringen. Il s’agit d’une société située à Hasselt, spécialisée dans l’évènementiel sportif ; alors que l’analyse a été réalisée à Liège, à […].


De plus, j’ai trouvé « étrange » que les tests au départ étaient différents. Mes 2 filles (tests gratuits à l’aller) : flacon bleu ; moi payant : flacon blanc. On m’a dit sur place que c’était parce qu’ils en avaient de différents de stock (très gênés de me répondre). Mon aînée a eu son résultat le lendemain à 8h, ma petite à 13h, moi à 18h40, après avoir appelé […] (à Liège). Je prenais l’avion à 6h du matin ! Stress assuré. On m’a dit après que les couleurs étaient différentes, car le mien était payant et donc fait à Liège et que les bleus sont faits sur place à Bruxelles ! Pourquoi cette différence ? 


Au retour, mon test au Pacheco : hyper douloureux, honnêtement je pense qu’il l’a fait exprès, car j’ai rouspété à l’accueil. Autre question : qui réalisent ces tests? J’avais vraiment l’impression que c’étaient des students. Une amie de ma fille a fait le test — hyper douloureux. La dame lui a dit : « Tu veux pas subir ça, vaccine-toi ».


Dans la marche samedi, une dame m’a rapporté qu’une prof de Grimbergen a demandé qui était vacciné et non vacciné. Elle a séparé les enfants. Les non-vaccinés au fond de la classe. Une amie enseignante me rapporte que la direction leur a demandé d’inciter les élèves à la vaccination « devoir civique ». La directrice de l’internat de ma fille, à qui j’ai dit que ma fille et moi ne voulions pas du vaccin, même réponse : « devoir civique ». Cela laisse penser que c’est un message transmis aux écoles…


Je vous remercie pour votre écoute, et l’implication de vos médias pour cette lutte.


Bien à vous
[…]
courriel envoyé à Kairos

Une amie enseignante me rapporte que la direction leur a demandé d’inciter les élèves à la vaccination: « devoir civique »

« Tu veux pas subir ça, vaccine-toi »

« Madame, Monsieur,

A partir du 1er octobre, le Gouvernement de la Région de Bruxelles-Capitale impose l’utilisation du Covid Safe Ticket (CST) pour les activités sportives pratiquées en intérieur comme en extérieur. Cette mesure est prise en vue de lutter contre la recrudescence des cas de Covid-19 à Bruxelles.

L’accès aux infrastructures sportives de la Ville de Bruxelles sera dès lors uniquement possible sur présentation d’un Covid Safe Ticket et d’une carte d’identité (ou d’un permis de conduire), ou d’un certificat numérique Covid pour les personnes ne résidant pas en Belgique.

Chaque CST sera contrôlé à l’entrée de chaque infrastructure sportive, qu’elle soit intérieure ou extérieure.

Pour les occupations saisonnières :

Ce contrôle sera réalisé par le Service des Sports .Les clubs sportifs, associations et écoles sont invités à sensibiliser leurs membres à être en possession de leur CST. Dans le cas contraire, l’accès leur sera refusé.

Pour les événements ponctuels et occupations occasionnelles (tournois, …) :

Le contrôle doit être réalisé par l’organisateur de l’événement qui en est seul responsable.

En cas de manquement, seul l’organisateur est tenu pour responsable par les autorités compétentes.

Les enfants de moins de 16 ans peuvent entrer dans nos salles sans CST.

La distanciation sociale n’est plus obligatoire dans le lieu après contrôle du CST.

Le port d’un masque reste obligatoire à l’entrée du bâtiment et dans les couloirs, jusqu’au contrôle du CST.

Conditions pour obtenir un CST :

• Vous êtes complètement vacciné (+ 2 semaines)

• Vous disposez d’une attestation de rétablissement (- 6 mois)

• Vous avez un test PCR négatif récent (- 72h). Prenez rendez-vous dans un des centres de Testing officiels (info-coronavirus.be)

• Vous avez un test d’antigène négatif récent (- 48h)

Comment obtenir un CST ?

Le CST se présente sous la forme d’un QR code (sur Smartphone ou document papier). L’application officielle est téléchargeable sur votre téléphone portable : https://covidsafe.be

Vous pouvez également imprimer votre certificat COVID via le site internet www.masante.belgique.be. Les visiteurs qui ne sont pas de nationalité belge doivent pouvoir présenter le Certificat numérique COVID de l’UE.

Les autotests (antigéniques ou autres) ne sont pas considérés comme un test valable par les autorités pour l’obtention du CST. Il n’est pas possible de se faire tester à l’entrée des infrastructures sportives communales.

La Ville de Bruxelles est à votre disposition si vous souhaitez qu’à l’occasion d’un évènement ou d’une journée de sensibilisation spécifique dans votre club, un stand de vaccination soit temporairement installé.

Merci pour votre compréhension et avec nos amitiés sportives »

Notes et références
  1. https://www.golazo.com
Powered By MemberPress WooCommerce Plus Integration