article/
26 octobre 2020

Témoignage de Manu et Sandrine en zone libre : Stockholm, Suède

Le journalisme libre coûte cher.

Pour faire des articles, reportages, interviews, vidéos… Aidez-nous: abonnez-vous, abonnez la famille, les amis, parlez de nous, faites un don.

Réalisateurs partis en Suède pour traverser le rideau de fumée médiatique et voir de leurs yeux ce qu’il s’y passe, nous ramener des images et témoigner, Manuel Poutte nous a écrit leurs premières impressions à leur arrivée à Stockholm. Ce qui frappe ici, c’est que rien ne filtre sur ce qui se passe ailleurs. Cette omerta en dit long.

Lyriques…

Nous arrivons à l’aéroport de Stockholm et nous constatons immédiatement que les gens, déjà ici, ne portent pas de masque. Sans nous concerter, les larmes nous montent aux yeux, à tous les deux. Les larmes viennent de voir, de redécouvrir des visages libres, de voir des femmes et des hommes sans cet horrible morceau de tissu, lange de nos bouches, de nos paroles et de notre humanité.

Gourmands…

Peu après, dans une galerie commerçante, je vois un magasin de gâteaux… J’adore les gâteaux… je veux y rentrer, mais j’ai déjà le réflexe d’attendre à l’extérieur. Plusieurs personnes passent devant moi et je me rends compte alors que c’est déjà entré en moi… cette mauvaise habitude. Ici, pas de files, pas d’infantilisation des êtres obligés de se ranger l’un derrière l’autre, comme des gamins au collège. Ici on rentre quand on veut.

Bêtes…

On marche dans la rue, on sourit à tout le monde et les Suédois ne comprennent pas, ils nous regardent comme deux benêts ahuris, mais on s’en fout, on a envie de manger leurs visages et de leur dire et de leur crier : vous ne vous rendez pas compte d’où on vient !

Émerveillés…

On monte dans le bus, on descend dans le métro, on monte dans le train, on rentre dans un grand magasin, personne ne porte le masque. Tout est comme avant et comme ça doit le rester. Je filme tout ça avec passion. Jamais je n’aurais pensé dans ma vie que des choses aussi banales pourraient un jour devenir exceptionnelles.

Ça y est, chacun fait partie du film catastrophe qu’on lui a tant annoncé. Et il sauve le monde en restant chez lui devant sa TV ! Héros du canapé

Tout d’un coup, dans une allée de fruits et légumes, on a peur de rentrer chez nous, dans la dictature de la règle absurde où le peuple rendu masochiste a appris à prendre goût aux sévices qu’il subit… Et il en redemande même… Ça y est, chacun fait partie du film catastrophe qu’on lui a tant annoncé. Et il sauve le monde en restant chez lui devant sa TV ! Héros du canapé.

Interdits…

Le dernier soir en Belgique, je suis rentré du bureau à 1h du matin, et j’ai traversé une partie de Boitsfort dans un silence absolu, plus impressionnant encore que celui du confinement, car au loin même il n’y avait plus un bruit de voitures, plus un bruit humain, plus rien. Un bruit blanc. Mais j’avais, en plus, en craignant la police, ce sentiment, à la fois excitant et terrible d’être dans l’illégalité…en marchant seul dans la rue.

Le couvre-feu… quel esprit malade et fasciste a pensé que ce serait efficace contre le coronavirus ? 

Quel esprit psychopathe a créé cette somme d’interdits qui n’ont pas lieu d’être ? Des punitions qui n’ont aucun pouvoir sur un virus qui ne se propage certainement pas plus au cœur de la nuit, dans les rues déjà vidées depuis longtemps de ses habitants sous sédatifs, exténués et apeurés par la propagande mortifère des médias pyromanes. Nous, le peuple, coupables, tous coupables, d’avoir baissé ce masque un jour, à un moment donné, pour une parole, pour un sourire, pour un baiser.

Souriants…

Fin de journée, j’ai beau savoir que je suis en mission pour sauver le monde, je dois avouer, que plus d’une fois je craque pour des petits gâteaux que je vois en vitrines… ils en ont plein ces Suédois… Avec de la cannelle, de la fleur d’oranger, des framboises, des myrtilles, et de la crème fouettée.

Je me dis  : soignons nos bouches, tout passe par elles  : les saveurs du monde et les baisers de l’amour.

Et en plus, elles sourient, nos bouches ! Elles sourient et nous ne savions pas combien c’était important.

Et lyriques à nouveau… Ainsi est venu le temps, où nous devons nous battre pour ce sourire.

Manuel Poutte


tempus vel, Praesent suscipit ut dapibus quis