article/
8 septembre 2020

Si la Belgique est le royaume de Kafka, que dire de l’Europe ?

Le journalisme libre coûte cher.

Pour faire des articles, reportages, interviews, vidéos… Aidez-nous: abonnez-vous, abonnez la famille, les amis, parlez de nous, faites un don.

Par Nicolas Ullens

Le 26 août dernier, Phil Hogan présentait sa démission en tant que commissaire européen en charge du Commerce. On lui a reproché de ne pas respecter les règles sanitaires relatives au Covid lors d’un dîner dans son club de golf !

Il est amusant de constater que Georges-Louis Bouchez, lors de sa conférence de presse comme nouveau président du club de football des Francs Borains, n’a respecté aucune règle à ce niveau. Nous étions pourtant en pleine pandémie le 24 avril. De là à penser que la chasse aux sorcières qu’a subie Hogan n’était qu’un prétexte, il n’y a qu’un pas.

Cette situation est surréaliste au regard de la batterie de cuisine que traînent certains commissaires à qui on ne reproche plus rien. Les gens ont la mémoire courte.

À tout seigneur tout honneur. La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, était ministre de la Défense en Allemagne avant de diriger l’Europe. Sa gestion de ce ministère a été un échec complet. Mais surtout, une petite centaine de millions d’euros ont été versés à des sociétés privées de consultance en dépit du bon sens. À moins qu’elles ne renvoient l’ascenseur sous forme de rétro-commissions… Un rapport du parlement allemand fait état d’une véritable exfiltration en urgence de l’ancienne ministre vers l’Europe pour masquer le chaos qu’elle laissait derrière elle. (Cfr «  Ce scandale qu’Ursula von der Leyen pensait laisser derrière elle à Berlin.  » voir Franceculture du 24-06-2020.)

Que dire du commissaire européen à la Justice et à l’État de droit, Didier Reynders. Son nom est cité dans un certain nombre d’enquêtes encore ouvertes aujourd’hui comme le Kazakhgate ou les fonds libyens gelés. Il en va de même de son bras droit, Jean-Claude Fontinoy devenu plus discret ces derniers temps. Ce dernier est soupçonné d’avoir touché des commissions occultes pour le compte de son mentor via des structures comme l’asbl «  Les plus beaux villages de Wallonie.  » Évidemment, lorsqu’on voit que l’enquête sur le malheureux Chovanec, mort après son arrestation à l’aéroport de Charleroi, n’a pas encore été bouclée après plus de deux ans et demi…

Le Financial Times publiait le 1er septembre un article portant sur le remplacement de Hogan par Didier Reynders ! Inutile de dire que si ce scénario se produisait, il faudrait autre chose que « Les plus beaux villages de Wallonie » pour blanchir les dessous de table qui ne manqueront pas de tomber. En effet, le poste de commissaire au Commerce serait nettement plus rémunérateur que celui de la justice.

Dessous de table en vue

Vous voulez un exemple ? En 2008, un scandale éclaboussait le commissaire européen au Commerce de l’époque, Peter Mandelson. Ce dernier était soupçonné d’avoir privilégié les intérêts de l’oligarque russe Oleg Deripaska, le roi de l’aluminium, grâce à son influence sur les cours de ce métal.

Les mauvaises langues parlent d’un séjour de Mandelson sur le yacht de Deripaska durant lequel ses penchants les plus inavouables auraient été exaucés et… filmés. On voit que Jeffrey Epstein n’a rien inventé. Si Reynders parvient à sortir de sa fonction actuelle dans laquelle il est contrôlé par sa collègue Tchèque, Vera Jourova, il y a gros à parier que Jean-Claude Fontinoy va reprendre du service…

À l’heure du nouveau plan de relance pour l’Europe, gageons qu’il est probable qu’il y ait d’autres milliards que ceux de Kadhafi qui risquent de s’égarer.

La seule bonne nouvelle pour nous, pauvres petits Belges, est que Didier ne volera plus uniquement ses compatriotes mais toute l’Europe.


Sed ipsum efficitur. in lectus odio Lorem