article/
18 mai 2020

Lettre de citoyens indignés au Ministre Goffin

Le journalisme libre coûte cher.

Pour faire des articles, reportages, interviews, vidéos… Aidez-nous: abonnez-vous, abonnez la famille, les amis, parlez de nous, faites un don.

Sart-Lez-Spa, le 11 mai 2020

Monsieur le Ministre de la Défense,

Nous avons été littéralement abasourdis par l’annonce faite au Journal parlé de 19h30 du samedi 9 mai de la RTBF à propos de l’achat de masques buccaux à la firme Avrox située au Grand-Duché du Luxembourg. C’est totalement incompréhensible.

Comment cette firme qui a pour activité NACE « la location et le leasing de voitures et de véhicules légers  » peut-elle fournir des millions de masques buccaux qui seront fabriqués au Vietnam et à Hong Kong.

Le gouvernement nous parle régulièrement de soutenir l’économie, rouvrir les entreprises, les commerces… Nous avons une industrie textile sur notre territoire capable de réaliser des masques de qualité en respectant les normes requises et en payant les travailleurs de manière correcte. Pourquoi aller au Luxembourg chercher une entreprise qui sous-traite ses commandes dans des pays lointains où l’on sait que la main d’œuvre est payée à des normes qui ne correspondent pas aux normes européennes.

Vous répondrez qu’il y a eu un appel d’offre, que c’est obligatoire de passer par là.

Nous vous répondrons que en ce temps de crise le gouvernement prend des mesures exceptionnelles dans divers domaines  (confinement, fermeture des entreprises et des commerces, interdiction de voyager à l’étranger… ) et qu’il pourrait prendre comme mesure d’urgence de passer outre la sacro-sainte loi du marché et du libre-échange.

Vous n’avez pas fait le choix de la solidarité économique et sociale.

Vous répondrez que les masques produits en Asie sont moins chers.

Nous vous répondons que vous avez fait le choix de l’économie sur l’humain. Est-ce que la Défense a vérifié les conditions de travail des ouvriers et ouvrières qui vont réaliser nos masques  ? Une entreprise belge aurait pu avoir ce travail mettant à l’abri ses travailleurs sans compter que cette commande aurait pu déboucher sur des emplois indirects  : en amont le matériel, les fournitures et en aval le packaging, la distribution… Il est facile d’être concurrentiel quand les travailleurs asiatiques sont sous payés.

Vous n’avez pas fait le choix de la solidarité économique et sociale.

Vous répondrez que cela n’a pas été facile car le monde entier veut des masques et comme vous l’avez dit sur RTL, la Défense a travaillé des jours et parfois des nuits sur ce dossier.

Nous vous répondons que beaucoup d’ entreprises belges ont travaillé également jour et nuit dans l’urgence pour fournir du matériel médical, blouses, masques, respirateurs, gel hydroalcoolique…

Que toutes les équipes médicales de ce pays ont également travaillé sans relâche et souvent sans les protections élémentaires.

Vous n’avez pas fait le choix de la solidarité avec les travailleurs et la population.

Vous répondrez que le gouvernement s’est engagé à fournir des masques à la population dans un temps très court.

Nous vous répondons que la gestion des masques est un fiasco depuis la mi-mars. Nous pensons que le gouvernement est passé, dès le début de la pandémie, à côté d’une réelle opportunité d’insuffler une dynamique auprès de nos entreprises et de la population en leur demandant de faire face au défi de fabriquer des masques répondant aux normes belges pour lutter contre le corona virus. Cela aurait renforcé le sentiment de solidarité entre les femmes et les hommes de notre pays.

Vous êtes passé à côté de l’humain.

Vous répondrez qu’il faut rassurer les citoyens.

En réalité, vous nous faites peur. Nous entendons régulièrement qu’il y aura des leçons à tirer de cette crise. Par cet achat de masques à Avrox nous ne voyons aucun enseignement tiré de notre situation actuelle. Cette crise nous a déjà donné bien des leçons, la première étant notre dépendance économique avec l’Asie qui vulnérabilise notre économie au niveau national et européen. Le manque de gestion de cette crise en est la preuve flagrante  : manque de matériel médical, manque de tests, manque de médicaments… Cette crise nous montre la limite de la mondialisation et notre manque de résilience.

Ces deux aspects ont été largement développés dans la presse pour ne pas y revenir ici.

Nous vous prions d’ agréer, Monsieur le Ministre, l’expression de notre très haute considération,

Jeannine et Pirly Zurstrassen-Bouhon

   

Recevez notre lettre d'information

commodo Nullam dapibus dolor Lorem pulvinar Praesent risus. mi, suscipit