article/
18 juin 2016

LES MILLIONNAIRES SE PRÉPARENT AU PIRE

Le journalisme libre coûte cher.

Pour faire des articles, reportages, interviews, vidéos… Aidez-nous: abonnez-vous, abonnez la famille, les amis, parlez de nous, faites un don.

Ce n’est plus un secret : les ultra-riches cherchent à se protéger de l’effondrement qui vient. Premiers à être informés lorsque la finance vacille, ils sont aussi les premiers à s’enfuir lorsque tout va mal.

Deux mondes. Le premier est composé d’une minorité arrogante qui accapare les richesses, mène un train de vie non durable et pourrit le monde des autres(1) ; le second est cette majorité humiliée — et très hétérogène — qui voit les inégalités se creuser et la qualité de son environnement se détériorer dangereusement. 

Face à ce constat, cette majorité semble toutefois donner quelques signes d’éveil. Les printemps arabes, Occupy Wall Street, los Indignados ou Nuit Debout sont les mouvements contestataires les plus marquants de ces dernières années. Et les plus médiatiques, car loin des projecteurs, la population gronde… Selon le rapport « World Protests » publié par « l’initiative pour un dialogue politique » de l’université de Columbia(2), nous vivons la période la plus agitée de l’histoire moderne. Avec plus de 843 émeutes entre 2006 et 2013, notre époque est plus « enflammée » que les printemps de 1848 ou de 1968 ! 

Tout cela n’est pas sans inquiéter les ultra-riches. On sait depuis longtemps qu’ils sont de plus en plus nombreux à se barricader dans des « gated communities », ces enclaves résidentielles luxueuses et hautement sécurisées qui les protègent des « indésirables »(3). Mais ce que l’on sait moins, c’est qu’un bon nombre d’entre eux quittent carrément les grandes villes pour s’approprier les bonnes terres dans des endroits reculés, ou réservent leur place dans des bunkers high-tech. Juste « au cas où »… 

L’année dernière, par exemple, 3 000 millionnaires ont quitté Chicago, 7 000 se sont enfuis de Paris et 5 000 ont préféré ne plus vivre à Rome. S’il est vrai que certains d’entre eux cherchent d’abord à éluder l’impôt, d’autres sont réellement anxieux des tensions entre communautés, des attentats terroristes ou de la colère d’une population toujours plus précaire(4)

En 2015, au Forum économique de Davos, Robert Johnson, ex-directeur du Fond Soros (le célèbre milliardaire), a avoué publiquement que de nombreux gestionnaires de fonds spéculatifs achetaient des fermes dans des pays reculés comme la Nouvelle-Zélande à la recherche d’un « plan B »(5). À tout moment, leurs jets privés seraient prêts à décoller et à les y emmener ! Il faut les comprendre, un malheur est si vite arrivé… 

Une autre lubie également très « tendance » chez les nantis est la construction, à l’abri des regards indiscrets et sur tous les continents, de gigantesques bunkers souterrains très luxueux, comparables à des yachts, mais en plus grands(6). Ces abris peuvent, paraît-il, résister aux pires catastrophes et disposeraient de ressources suffisantes pour héberger et nourrir des familles entières pendant de nombreuses années. 

Nous le savons désormais : une certaine partie de l’élite économique a une très bonne idée de ce qui est en train d’arriver et prend les mesures qui lui semblent adéquates. Mais est-ce la bonne attitude ? N’est-ce pas précisément la construction des murs qui exacerbe les tensions et favorise les inégalités ? Peut-être, mais alors comment faire pour sortir de ce cercle vicieux et nourrir un imaginaire basé non plus sur la peur mais sur la confiance et le partage ? Allez, au point où nous en sommes, nous n’avons plus grand-chose à perdre, tentons le coup du « vivre-ensemble-la-catastrophe », non ? Une autre fin du monde est possible ! 

Pablo Servigne & Raphaël Stevens 

  1. Lire à ce sujet le best-seller d’Hervé Kempf, Comment les riches détruisent la planète, Seuil, 2007.
  2. Isabel Ortiz et al., « World Protests 2006-2013 », Initiative for Policy Dialogue, Columbia University, New York, 2013.
  3. Pour une analyse approfondie du phénomène de « Gated Communities » en relation avec l’effondrement, lire l’excellent livre de notre ami collapsologue Renaud Duterme, De quoi l’effondrement est-il le nom, la fragmentation du monde, Editions Utopia, 2016.
  4. New World Wealth, « Millionaire migration in 2015 », mars 2016.
  5. Alec Hogg, « As inequality soars, the nervous super rich are already planning their escapes », The Guardian, 23 janvier 2015.
  6. Parmi les nombreuses sociétés qui proposent ce type de service, voir par exemple http://terravivos.com/secure/vivoseuropaone.htm
et, eleifend porta. consectetur Phasellus vulputate, Aliquam non sit Praesent

Que cherchez-vous ?

Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content
Search in posts
Search in pages
Filter by Categories