article/
14 août 2020

La Libre Sophie !

Le journalisme libre coûte cher.

Pour faire des articles, reportages, interviews, vidéos… Aidez-nous: abonnez-vous, abonnez la famille, les amis, parlez de nous, faites un don.

Quand La Libre fait un article dithyrambique de 4 pages sur Sophie Wilmès, le site officiel de la première ministre le met en première page(1). On ne vous avait pas dit que les médias de masse étaient le service de presse du gouvernement, les lèche-bottes du pouvoir ?

Celui qui signe l’éloge à Sophie, Francis Van de Woestyne, ancien rédacteur en chef de La Libre, écrivait dans un éditorial (6 janvier 2014) suite à la visite bruxelloise organisée par les syndicats pour montrer les lieux où résident les grosses fortunes fiscalement protégées : «  À la veille du week-end, les responsables syndicaux ont réalisé un “safari” dans Bruxelles, un minitrip destiné à pointer du doigt les “espèces fiscales protégées” de Bruxelles. Amusant ? Plutôt navrant… (…) La stigmatisation systématique des “riches”, telle que la pratiquent les syndicats, est déplorable. Alors quoi, il suffit d’être pauvre pour être honnête… ? Un pays a besoin de riches. Pour investir, pour prendre des risques. Le système devrait d’ailleurs faire en sorte que les grosses fortunes, et les autres, trouvent un intérêt à placer leur argent dans l’économie réelle du pays plutôt qu’à chercher des rendements élevés ailleurs. Ce ne sont pas les riches qui sont responsables de la crise, mais bien ces apprentis sorciers qui ont profité des failles d’un système pour le faire déraper(2)  ».

Sophie Wilmès, issue de la classe que Van de Woestyne défend, sait bien à quel journaliste elle peut et doit parler.

Vous comprenez donc qu’on n’est plus invité aux conférences de presse.

  1. https://www.premier.be/fr/sophie-wilmes-dans-la-libre-jetais-une-enfant-assez-turbulente-tres-libre-javais-un-cote-gar%C3%A7on
  2. Voir https://www.kairospresse.be/article/seriez-vous-libre-ce-soirr.

 

 

elementum efficitur. nec diam massa id, felis non Praesent leo eget et,