dossier/
22 octobre 2018

Femmes sans règles, une rupture émancipatrice.

Le journalisme libre coûte cher.

Pour faire des articles, reportages, interviews, vidéos… Aidez-nous: abonnez-vous, abonnez la famille, les amis, parlez de nous, faites un don.

La médicalisation des différents cycles de vie des femmes par les tenants du pouvoir dominant patriarcal, religieux et productiviste répond chaque fois à la même nécessité de mesurer, maîtriser et maltraiter les femmes dans leur corps, elles qui sont assignées par la distinction hiérarchisée des sexes au statut de dominées(1). Nous traitons ici du scénario particulier qui s’est écrit et qui se joue autour du retour d’âge.

Au Moyen Âge, étayé par l’antique théorie des humeurs de Galien, les femmes sans règles retenaient le sang menstruel chargé de déchets et étaient honnies. Pour le discours savant des médecins elles étaient malsaines et venimeuses, pour le pouvoir religieux elles étaient diaboliques. Avec la naissance de la psychiatrie, elles ont été sauvées du bûcher et de l’opprobre pour être enfermées dans les asiles d’aliénées parce que folles, pauvres, isolées, vieilles, « hystériques » ou atteintes d’une « psychose de l’involution »(2).

Au début du XXème siècle, la nouvelle configuration de la ménopause va se construire dans la parfaite logique de la médicalisation. Une substance est synthétisée en laboratoire, l’œstrogène. Le nouveau médicament ou la nouvelle technologie biomédicale cherche et invente sa maladie. Les industriels, contre l’avis des facultés vont l’essayer pour tout ; ils vont ainsi, entre autre, le prescrire aux ouvrières pour améliorer leur rendement. Grâce au nouveau paradigme utilisé en endocrinologie pour les maladies carentielles comme le diabète où l’on découvre que la déficience d’une hormone que l’on peut maintenant doser peut être compensée par un traitement substitutif avec une hormone que l’on peut maintenant synthétiser, les femmes ménopausées qui présentent une diminution du taux d’œstrogènes par rapport aux jeunes femmes vont être traitées comme si elles étaient carencées alors que cette différence est physiologique et effectivement protectrice. Le retour d’âge est ainsi devenu une maladie qui commence avec la visite chez le gynécologue, est consacrée par le diagnostic clinique et biologique en même temps que l’annonce du pronostic funeste et la promesse d’une résurrection possible grâce au traitement au long cours et à une surveillance régulière.

Pendant tout le siècle, les dangers (cancers, accidents circulatoires) et la quasi inutilité dans la majorité des cas de ce traitements vont être démontrés, rien n’y fera, les passeurs de drogues licites continueront à abuser les femmes soumises, consentantes et pleines de gratitude pour l’attention savante qui leur est portée.

On pourrait repérer quatre temps dans cette production. Le premier, l’invention d’une maladie et la promesse de sa guérison ; le second, après la guerre 40-45, pour relancer les ventes, l’invention d’une clinique de la femme ménopausée (sèche, poilue, grosse, acariâtre…) et la promesse de la jeunesse éternelle ; le troisième temps, après la diffusion des effets délétères du médicament, utilisant l’engouement pour la médecine préventive, la promesse de la santé éternelle grâce aux vertus préventives du traitement sur la maladie d’Alzheimer, les maladies cardiaques et surtout, sur l’ostéoporose (trois contre-vérités). Le quatrième temps, celui de la néomédicalisation, dans le cadre d’une médecine réparatrice, « anti-âge » qui promet de cacher et de changer ce qui est là et qui reste inacceptable : une femme au retour d’âge.

C’est ainsi que dans notre pays, ce changement physiologique qui peut être une métamorphose existentielle, une nouvelle vie, un changement de rôles, un éveil… est vécu par les femmes isolées et mystifiées à travers son traitement social, la médicalisation. Le corps changeant qui ne peut plus reproduire n’est pensé que comme un manque, une inadéquation, une pathologie. Dans notre univers de consumérisme et d’experts, cette pratique permet aux acteurs de la médicalisation, (firmes pharmaceutiques, de biotechnologie et de cosmétiques, média, pouvoirs politiques, tenants d’une certaine médecine) de faire la curée du corps et de l’être des femmes obéissantes et soumises.

Que faire pour échapper à ce chemin initiatique sinistre ? On pourrait prescrire un antidote en urgence pour respirer à nouveau et reprendre des forces comme par exemple une dose de Testo junkie(3).

RéCALCITRANCE, « NOTRE CORPS NOUS APPARTIENT ».

Les discours dominants ont le pouvoir de définition et d’attraction ; ils nous constituent, nous assujettissent mais suscitent aussi des discours de résistance et de libération. Ainsi, face au pouvoir de la biotechnologie et face à la pharmacratie(4) énoncés et portés par une certaine conception et institutionnalisation de la médecine dans une collusion avec des pouvoirs religieux, économique et politique, d’autres discours, d’autres pratiques subsistent et se développent, dans les caves et les arrière-cuisines ou au grand air.

En effet, depuis les années quatre-vingts, en réaction à ce montage pseudo scientifique enrichi de phantasmes pervers et de vulgarités sexistes, la ménopause est devenue un sujet d’analyses et de contre discours.

Les activistes du « Mouvement pour la Santé des Femmes » ont étudié la généalogie du discours médical et de ses pratiques fondé dans les universités d’où les femmes étaient exclues et construit sur le mépris et le déni du savoir séculaire des femmes, persécutées et brûlées pour sorcellerie puis poursuivies pour exercice illégal de la médecine(5). Elles en ont fait une critique politique et genrée, ont dénoncé la toute puissance de l’industrie pharmaceutique et biotechnologique et surtout, elles ont donné la parole aux femmes. Ainsi, un nouveau savoir s’est construit à partir de leurs récits de vie.

C’est leurs narrations qui constituent l’argumentaire sain et pacifique le plus convaincant, pour diffracter et dissoudre les clichés dévalorisants et cruels qui produisent et perpétuent un sujet : la femme ménopausée.

Par exemple, le syndrome du nid vide que présenteraient les femmes lorsque les enfants quittent la maison et les laisseraient seules, inutiles et déprimées !

Les femmes elles, parlent du départ des enfants en terme d’accomplissement et de soulagement ; elles jouissent de la liberté retrouvée ; des perspectives s’ouvrent, d’autres priorités émergent ; elles ont le temps, la force, l’envie, l’inspiration pour se lancer dans de nouvelles aventures, réaliser des rêves de toujours, de leur enfance : ne rien faire, voyager, étudier, travailler autrement, chanter, faire de la musique, peindre, méditer, jardiner, changer de partenaire ou vivre seule, accueillir les petits enfants.

De même l’assertion que le désir sexuel diminue, puisque le vagin s’assèche et s’atrophie, ou que selon certaines théories de l’inconscient, honteuses de leurs phantasmes, elles qui ne désirent que leurs fils, préfèrent désormais s’abstenir de toute relation sexuelle !

Alors que lorsqu’elles se racontent, certaines se décrivent dans la vie amoureuse, plus audacieuses et plus libres ; elles disent avoir plus de plaisir et surtout, ne plus accepter des relations insatisfaisantes, vouloir changer « les habitudes » du couple, désirer une relation plus sensuelle, plus respectueuse de leur plaisir, plus à l’écoute de leur corps.

Et cet autre montage qui veut qu’à la ménopause, les femmes présentent des symptômes physiques et émotionnels spécifiques, débilitants, liés à une insuffisance hormonale et à traiter comme tels !

C’est d’abord une généralisation, puisque moins d’un tiers des femmes se plaignent d’être perturbées par les symptômes évalués ; de plus, elles considèrent les causes du désagrément comme multifactorielles (situation personnelle, familiale, professionnelle) ; et surtout, des remèdes et des aménagements existent pour les soulager sans devoir recourir à des traitements coûteux qui peuvent nuire. Mais c’est surtout une manipulation si sous l’égide de la médecine, on les assigne à vivre ce temps à travers le prisme des symptômes construits comme cadre d’expérience. Alors la majorité des femmes sont en effet malades à la ménopause, comme elles le sont d’ailleurs tous les mois au moment des règles, et pendant la grossesse, et à l’accouchement, et pendant l’allaitement. Il s’en suit logiquement qu’être une femme c’est être une malade à surveiller et normaliser parce que tributaire d’une paire d’ovaires et d’un utérus qu’on enlevait d’ailleurs au siècle passé et que l’on maîtrise par des hormones actuellement.

Puisque ces différentes fictions simplistes et dévalorisantes constituent les mythes modernes de passage à la disposition des femmes autour de la cinquantaine, il est grand temps de les déconstruire et surtout d’en créer de nouveaux, des histoires complexes pour une réalité complexe, afin que les femmes qui le désirent puissent les utiliser en toute dignité(6).

GROUPES DE FEMMES, INTERVENTION FÉMINISTE, EMPOWERMENT.

Pour résister et produire un autre discours, l’ASBL Femmes et Santé(7) organise dans la perspective du « Mouvement pour la Santé des Femmes », avec les concepts de la promotion de la santé et ses déterminants, des groupes de travail et de parole pour femmes autour de la cinquantaine, des groupes intergénérationnels, des ateliers de santé dans une perspective de genre (santé sexuelle et reproductive, auto-examen ; immunité ; alimentation) et assure la formation de femmes « paires ». L’ASBL a également mis en place une plate-forme pour la santé des femmes où des expertes développent des pratiques, analysent des dossiers et formulent des revendications pour interpeller les différents pouvoirs. Dans toutes nos activités « l’intervention féministe » avec ses stratégies émancipatrices inspire le travail avec les femmes, ce qui sous-entend de soutenir et respecter les femmes dans leur démarche, de déconstruire avec elles le rapport de pouvoirs « soignant(e)/soigne(é) » à partir de l’analyse féministe du « care » et de se réapproprier le savoir séculaire et scientifique sur leur corps pour renforcer leur capacité à comprendre, discuter et décider des choix qui leur sont proposés ou imposés(8).

Ce travail en groupe favorise les rapports égalitaires et la reprise du pouvoir sur sa vie, la conscientisation des femmes en prenant en compte la pluralité et la complexité de leurs expériences ; il brise leur isolement et développe des liens de solidarité dans la lutte pour des changements individuels et sociétaux.

Cette approche est radicalement participative. Les femmes contribuent à l’élaboration des programmes et des savoirs. Si les activités varient dans leurs formes, l’approche, elle, reste constante qui redonne aux femmes les outils pour agir sur leur santé en dehors de la consultation et de la prise en charge médicale. L’information au sein d’un groupe, centrée sur des thèmes spécifiques de promotion de la santé, permet aux femmes de clarifier et de partager entre elles leurs interrogations concernant leur vie, leur corps et leur santé, de remettre leurs sensations physiques et émotionnelles, au cours des périodes de transition, dans un contexte global, psychosocial, culturel, politique et écologique, (travail, famille, facteurs de stress, mode de vie, assuétudes…) et d’augmenter leurs compétences à mieux vivre.

Dr Catherine Markstein
médecin-coordinatrice de l’asbl Femmes et Santé, Bruxelles.

Dr Mimi Szyper
neuropsychiatre, Bruxelles.

  1. Classer, dominer. Qui sont les autres ?, Christine Delphy, La Fabrique, 1998.
  2. The meaning of menopause, Ruth Formanek, Hillsdale Analytical Press, 1990
  3. Sexe, drogue et biopolitique, Beatriz Preciado Grasset & Fasquelle, 2008
  4. Pharmacracy, Medecine and Politics in America, Thomas Szasz, Syracuse University Press, 2003
  5. Caliban and the Witch, Sylvia Federici, Automedia, 2009 et, La construction sociale de l’inégalité des sexes. Des outils et des corps, Paola Tabet, L’Harmattan, 2009
  6. Le Temps de s’émanciper et de s’épanouir. Paroles et expériences de femmes autour de la cinquantaine, Mimi Szyper, Catherine Markstein, Le Souffle d’Or, 2009
  7. www.femmesetsanté.be
  8. L’Intervention féministe d’hier à aujourd’hui, Portrait d’une pratique sociale diversifiée, sous la direction de Christine Corbeil et Isabelle Marchand, éditions du remue ménage, 2010, Montréal


Catherine Markstein
Auteure
Mimi Szyper
Auteure
Julie Joseph
Illustratrice

Julie Joseph
Illustratrice

nunc venenatis, Curabitur eleifend et, ipsum neque. dapibus ut non