/
2 septembre 2022

Le suicide économique et social de l’Europe, provoqué par les États-Unis et favorisé par les dirigeants européens

Le journalisme libre coûte cher.

Pour faire des articles, reportages, interviews, vidéos… Aidez-nous: abonnez-vous, abonnez la famille, les amis, parlez de nous, faites un don. 

« Les sanctions doivent avoir plus d’impact du côté russe que du côté européen, on n’est pas en guerre avec nous-mêmes », déclarait Alexander De Croo, le Premier ministre belge, en mars dernier. Quelques mois plus tard, difficile de tresser des lauriers à ces braves dirigeants européens. Ils diront bien sûr que tout cela est de la faute de l’invasion russe. Cette guerre aurait pourtant pu être évitée en faisant appliquer les accords de Minsk et en acceptant de discuter avec Moscou. Mais les États-Unis ont tout fait pour que la guerre éclate et s’y préparaient depuis longtemps sans hésiter à sacrifier leurs alliés du Vieux Continent. Avec des amis pareils, pas besoin d’ennemis. Reste à savoir si après s’être tiré des rafales dans le pied, l’Union européenne entend pointer le fusil vers sa tempe ou se ressaisir… (IGA)


Powered By MemberPress WooCommerce Plus Integration

Espace membre