Kairos, journal antiproductiviste pour une société décente

Article

F1 à Francorchamps : une dépense publique folle pour un jouet dépassé

Alexandre Penasse

Le texte ci-dessous a été proposé au Soir et à la Libre Belgique pour leur rubrique respective forum et débats. Aucun de ces deux médias n'a jugé utile de le retenir pour publication. Nous avons donc décidé de le diffuser à travers nos réseaux.

 

Faut-il revenir sur ce que représente la Formule 1 alors qu’elle ne devrait plus être que l’ombre d’un passé gaspilleur, structurellement, écologiquement et socialement destructeur ? La F1 n’a pas sa place dans une société conviviale, socialement équilibrée et écologiquement responsable. Elle représente une ligne culturelle dévastatrice dont il est urgent de se défaire si nous voulons nous donner plus de chance pour un avenir heureux.

Pourtant, il apparait qu’elle pourrait encore avoir de beaux jours devant elle. En effet, non seulement la Région wallonne, année après année, continue à apurer ses déficits mais semble encore veiller, par le biais du Ministre Marcourt notamment (qui dit y rechercher une vitrine pour la Wallonie1), à prolonger le contrat qui la lie à Bernie Ecclestone2. A moins que cette volonté ne cache le fait que notre Région n’arrive pas à se défaire du contrat secret de 2006 que la Société de promotion du circuit de Francorchamps a signé en anglais avec le détenteur incontournable de la F13, alors que les signataires ne connaissaient pas cette langue comme ils l’ont déclaré eux-mêmes. Quoiqu’il en soit, aujourd’hui, nous savons que nous aurons la F1 sur le dos au moins jusqu’à 2015 inclus4 ! On parle même de prolonger encore l’affaire sans que le Parlement wallon ait le plus petit mot à dire. Même lui n’a pu jusqu’ici prendre connaissance du contrat. On voit ici toutes les limites du contrôle parlementaire.

Le coût de l’opération, entre 2007 et 2013, se monte à 82,45 millions €5 (investissements compris) à charge des deniers publics wallons ! Bref, un montant astronomique pour une activité dont on nous assurait au moins le succès économique. En effet, lors de la relance du GP, afin de calmer la vindicte populaire en raison des plus de 50 millions € dépensés pour la réfection du circuit et le financement du milliardaire Bernie Ecclestone, nos politiciens avaient sorti de leur chapeau un plan financier qui annonçait une perte d’argent la première année, l’équilibre la deuxième et un bénéfice la troisième, soit en 20086. On peut voir qu’il n’en est rien à la « réjouissance » qu’on peut lire dans la presse du fait que la Région wallonne ne devra couvrir « que » 6 millions € pour 2013.

Pendant ce temps, quasi jour après jour, la Région wallonne et la Fédération Wallonie-Bruxelles cherchent de l’argent pour faire face à leur déficit chronique et aux besoins de leurs missions. Le bouclage budgétaire de la prochaine législature est à ce point ardu qu’il demande des arbitrages très difficiles. Un exemple permet de se rendre compte du poids des 82,45 millions € déjà dépensés pour la F1 en regard d’autres nécessités. La Région wallonne recherche 55 millions € pour créer de nouvelles places dans les écoles7. Pour y arriver, elle tente de monter un partenariat public-privé, mais ce montage est très critiqué par l'Inspection des finances, et on ne peut être certain qu’il aboutira.

Par ailleurs, les choses risquent bien de se compliquer encore. Les gladiateurs des temps modernes, comme se nomment eux-mêmes les coureurs, ne font en effet plus recette. Ils n’échappent pas aux interrogations portées sur leur dada à l’heure où le GIEC, notamment, sonne l’alarme du réchauffement climatique. Les mesures dites « écologiques » réclamées par le Parlement européen8 et entreprises pour diminuer l’empreinte carbone de leur jeu ne plaisent pas9. Elles ne font pas partie du référentiel culturel lié à la F1, axé sur l’excitation du « toujours plus vite »10. Le taux d’audience des GP baisse partout dans le monde11, ce qui serait pour nous une très bonne nouvelle sans ce contrat absurde qu’a signé la Région wallonne.

Le prochain GP se tiendra les 22-23-24 août prochains. Espérons qu’à cette occasion le Parlement wallon osera enfin mettre en place la commission d’enquête qui s’impose à propos du contrat scandaleux qui lie la Région wallonne à Ecclestone, dans le but de nous en débarrasser au plus vite.

Nous ne voulons pas être abêtis à force de « panem et circenses ». Notre destin collectif nous intéresse. La F1 n’y a pas place.

 

Michèle Gilkinet, ancienne parlementaire fédérale 

Paul Lannoye, président du Grappe et député européen honoraire

Bernard Legros, enseignant et essayiste

Christine Pagnoulle, chargée de cours Université de Liège, ATTAC-Liège

Alexandre Penasse, rédacteur en chef de Kairos, journal antiproductiviste pour une société décente

Eddie Vanhassel, enseignant

3 Monsieur Ecclestone est actuellement poursuivi en Allemagne pour corruption. Le procès est en cours depuis avril 2014 http://www.liberation.fr/sports/2014/04/24/le-patron-de-la-formule-1-bernie-ecclestone-juge-pour-corruption_1003480

10 « Pour Bernie Ecclestone, grand « patron » de la formule 1, mais qui reste soumis aux règles dictées par la FIA, la volonté de cette dernière de surfer sur la vague écolo-médiatique en imposant à la F1 ce genre de contrainte va tout simplement la dénaturer, « lui faire perdre son âme », et faire disparaître le rêve qu’elle représente » http://www.automobile-propre.com/2011/06/09/f1-revolution-verte-formule-1/

 

Recevez notre lettre d'information

Recevez notre lettre d'information

Website by Pierre Lecrenier & Bien à vous