Kairos, journal antiproductiviste pour une société décente

Article

Dites que « Monsieur Franceus ne vous a jamais menacé »

Alexandre Penasse

Soutenez la presse libre!

Le journal Kairos est un journal papier, que vous pouvez trouver dans une série de points de vente. Il ne peut réaliser des articles que parce qu’il est acheté ou parce qu’on y est abonné !

Frank Franceus, directeur du service « Enquêtes » du Comité R (Comité permanent de contrôle des services de renseignements et de sécurité), que Nicolas Ullens de Schooten accusait de menace dans notre interview(1), a pris ses dispositions. Via son avocat, il demande à Nicolas Ullens de « reconsidérer ses propos » (sic), et le met en demeure, et donc indirectement le journal Kairos, de :

- publier dans le journal et sur le site de Kairos un rectificatif « dans lequel vous dites clairement que Monsieur Franceus ne vous a jamais menacé » ;

- envoyer un courrier à l’avocat dans lequel N. Ullens confirme cela ;

- rectifier l’éventuelle plainte pour autant qu’elle vise M. Franceus.

C’est cocasse, non, de demander à un homme qui se dit menacé par des personnes haut placées dans des services importants, de « reconsidérer » ses propos ?: « Ah oui, au fait, j’avais fait une erreur, confondu rêve et réalité, je retire donc ma plainte »… C’est tellement facile !

Ce qui se dévoile progressivement aujourd’hui est le mode de fonctionnement d’un État scélérat au service des puissants. La réaction a déjà commencé : il nous revient qu’un journaliste d’investigation belge a été cambriolé chez lui en mode « sans effraction », dans le but de poser des mouchards (il a toutefois commis une erreur qui a permis de constater sa visite) ; on rappelle aux journalistes qui feraient leur travail qu’ils doivent rester les chiens-chiens du Capital et continuer à diffuser ce qui est sans importance pour les gens : les menaces de l’équipe de Charles Michel contre des journalistes de la RTBF qui interpellaient Erdogan « hors protocole » (entendez avec des questions qui ne sont pas passées par le filtre politique), en attestent(2) ; on tente in extremis de faire passer des lois contre les lanceurs d’alertes, etc.

Rappelons, alors que l’on nous ressort le spectacle classique de la liberté d’information lors de cette « Semaine de l’info constructive(3) », dont le thème éminemment subversif est cette année « Comment faire de la Belgique le pays où il fait le mieux vivre? », que tenter d’informer les gens aujourd’hui est compliqué, dans un contexte où ceux qui sont les principaux désinformateurs bénéficient des moyens de diffusion et peuvent se faire passer pour les agneaux, tout en feignant l’inexistence des médias alternatifs.

Nous ne demandons pas aux lecteurs de Kairos d’être d’accord avec tout ce que nous écrivons, cela va de soi. Nous voulons seulement que les gens aient connaissance de notre existence et sachent que nous proposons des informations que les médias dominants ne donneront pas, tant elles vont à l’encontre des intérêts des groupes qui les possèdent. Ce que disait Anne Delvaux, dans l’affaire Publifin, témoigne du fonctionnement de nos « démocraties » : « Et s'il le faut, je suis prête à aller en justice pour que toute la lumière soit faite et que tout soit dit. Je pense que certains n'ont pas envie de ça »(4).

Une très petite minorité n’a en effet « pas envie de ça », et les médias sont là pour les protéger. Mais vous ?

Soutenez la presse libre pour nous permettre de continuer : http://www.kairospresse.be/abonnement

  1. http://www.kairospresse.be/article/interview-inedite-de-lhomme-qui-accuse-didier-reynders
  2. https://www.facebook.com/alain.moyson/videos/10157612286609254/
  3. http://www.new6s.be/index.php/evenements/la-semaine-constructive
  4. www.rtbf.be/info/regions/detail_publifin-attaque-anne-delvaux-et-serge-m...

Recevez notre lettre d'information

Recevez notre lettre d'information

Website by Pierre Lecrenier & Bien à vous